Conseil santé, Gestion des émotions, Moment pour soi

Un outil pour se libérer de l’anxiété 🕊

0923492C-8308-4B70-8590-DE7827F66DB5.png

🤯 Que faire quand la peur prend le dessus et que l’anxiété te gagne?

👩‍🎓 La psychologue américaine Dawn Huebner a mis au point une méthode qui permet de repenser l’anxiété et dépasser ses peurs. Je te la traduis et t’encourage à l’utiliser pour cultiver ta santé mentale comme tu utilises ta brosse à dents pour cultiver ta santé dentaire. J’ai pris la liberté dans ma traduction de créer un acronyme pour faciliter la mémorisation sur le long terme : OSE.

📌 La méthode OSE en 3 points, un outil pour dépasser peurs et anxiété:

1. Ouvre ton imagination pour externaliser ton anxiété en la personnifiant. Tu peux imaginer une créature, lui donner un nom et même des traits de caractères. Sache que plus tu l’écoutes avec attention en t’y identifiant, plus sa voix porte et capte tous tes sens avec ses « et si » et « oui mais ». Alors que plus tu reconnais sa voix comme différente de la tienne au fond de toi, plus tu peux prendre du recul. Apprends ainsi que tu n’es pas ton anxiété.

2. Sers-toi de ton mental pour corriger tes croyances limitantes et tes pensées erronées que tu prends pour la réalité. L’anxiété ou la peur naît du fossé entre ce que nous pensons qu’il va arriver et ce dont nous nous croyons capable. Tu as reconnu la voix de ton anxiété et tu peux ainsi reconnaître que ses “et si” ne sont pas à 100% probables comme elle veut te faire croire. Ton anxiété surestime les chances qu’un malheur t’arrive et sous-estime ta capacité à faire face à l’inconnu quoi qu’il arrive. Sache que tu es bien plus capable que ce que ton anxiété croit.

3. Expose-toi peu à peu à ce qui cause ton anxiété. L’évitement grandit l’anxiété alors qu’y faire face par l’action donne confiance. Rappelle-toi que ce n’est pas parce que tu ressens de l’anxiété que tu es nécessairement en danger. Quand ton anxiété t’empêche de vivre pleinement, tu as le choix entre changer de pansement ou penser le changement un petit pas à la fois. Que préfères-tu?

Prends soin de toi, cultive tes pensées pour qu’elles soient tes alliées en cas d’anxiété: OSE.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Nutrition végane

La choline 🌱

62E6BF10-2F4D-4D6F-B77A-0C3EFC736ECA.jpeg

Nutrition végane et partage éducatif sur la choline aujourd’hui:

🔬 La choline est un nutriment hydrosoluble découvert en 1998 par l’Institut de Médecine américaine. Fabriquée en petite quantité par notre foie, son apport dépend majoritairement de notre alimentation. Elle joue un rôle dans le développement cérébral, le métabolisme et le fonctionnement du foie, du système nerveux et des muscles.

🌱 Présente en plus grande quantité dans les produits animaux certes, la choline ne fait pourtant pas défaut dans l’alimentation végétale peu transformée. Encore une bonne raison de ne pas se nourrir que de gâteaux, de chips et de “steacks” végétaux industriels (si tant est que vous aviez besoin de ce rappel 🤙).

🥦 Vous craignez ne pas en consommer suffisamment en étant végan(e)? Voici les 6 meilleures sources de choline végétale à inclure régulièrement dans votre assiette:

1. Tofu

2. Brocolis

3. Beurre de cacahuète

4. Haricots secs (surtout la variété Pinto)

5. Champignon (Shiitake tout particulièrement)

6. Quinoa

Prenez soin de vous, remplacez la peur et l’ignorance par la curiosité et la confiance. À part la B12, une alimentation végétale variée, équilibrée et peu transformée peut rimer avec santé. Et rappelez-vous, chacun sa santé!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé

Prévention du cancer du sein 🎀

FF282314-B519-4026-9927-44C82BE4DD8D

🙋‍♀️En ce mois dédié à la prévention du cancer du sein, il m’apparaît important de consacrer un partage éducatif sur le sujet. Puisque la naturopathie est avant tout de l’éducation et de la prévention de santé, aujourd’hui je vous parle de ce qui favorise le risque de développer un cancer du sein et ce qui est à votre portée au quotidien pour réduire tous risques.

🧠Ce qui est important à comprendre en premier lieu, c’est que tout ce qui sous-tend l’excès d’œstrogènes favorise le développement de cellules cancéreuses au niveau des seins. Ainsi, même si vous avez fait un test d’ADN et que vous portez les gènes incriminés BRCA1 et 2, ayez conscience que c’est votre hygiène de vie qui aura le dernier mot quant à leur activation avant de choisir l’option radicale préventive de vous faire subir une ablation des seins comme Angelina Jolie. Rappelez-vous aussi l’importance de la progestérone naturelle produite après l’ovulation pour prévenir des cancers des organes féminins. Favoriser l’équilibre naturel du cycle menstruel, c’est aussi prévenir du cancer du sein.

⚠️Maintenant faisons un focus sur les facteurs de risque et ce qui est à votre portée pour les éviter :

– l’alcool : en plus d’augmenter les œstrogènes, de malmener la gestion de l’insuline et le foie, l’alcool vole certains nutriments essentiels pour aider le corps à lutter contre le cancer (vitamines B dont folate surtout, puis C et A). Réduire ou supprimer l’alcool est un choix à considérer.

– la prise de pilule : en empêchant votre ovulation naturelle, elle empêche la production de progestérone naturelle qui contrebalance les œstrogènes. La progestérone de synthèse ne protège pas du cancer du sein et la pilule favorise la dominance en œstrogènes. D’autres options comme le stérilet au cuivre ou la Symptothermie sont à considérer pour gérer votre fertilité.

– la surcharge pondérale : les cellules graisseuses favorisent la production d’œstrogènes et, de ce fait, augmente le risque d’excès d’œstrogènes et le développement de cellules cancéreuses. Favoriser un poids santé est à considérer pour éviter ce risque.

– les perturbateurs endocriniens : phtalates, bisphenol A, COV, parabènes, triclosan, nanoparticules… Autant de substances chimiques qui font la guerre à vos hormones que vous pouvez éviter en choisissant des cosmétiques bio à 100%, des produits ménagers écologiques, des aliments bio, de ne jamais rien chauffer dans du plastique, ni fumer.

– le manque de sommeil : la faible production de mélatonine (hormone du sommeil) augmente le risque de développer un cancer du sein. À l’inverse, avoir son quota de sommeil récupérateur augmente la production de mélatonine qui aide le corps à éliminer l’excès d’œstrogènes. La lumière bleue des écrans diminue la production de mélatonine et retarde l’endormissement. Bien dormir et dormir assez, c’est se donner la chance de prévenir moult troubles dont le cancer du sein.

– l’inactivité physique : son manque est associé au risque de développer le cancer du sein. Une activité physique régulière et adaptée permet de retrouver ou maintenir un poids santé en plus d’activer le foie et les intestins qui éliminent les œstrogènes en excès.

Enfin, je ne le vous dirai jamais assez, l’équilibre entre œstrogènes et progestérone naturels est le pilier de la santé hormonale et globale des femmes. Et comme une femme éduquée est une femme qui a plus de chance de vivre en santé, j’espère avoir contribué à vous éclairer.
Prenez soin de vous, découvrez les conditions de VOTRE santé 🌸.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’équilibre hormonal du cycle féminin ⚖️

2F85D524-1F8A-4BC9-B354-31B6840809A3

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet important quand il est question de santé du cycle féminin : l’équilibre entre les œstrogènes et la progestérone.

Pendant nos années fertiles dès les premières règles, nos ovaires sont stimulés par notre cerveau afin de produire des œstrogènes en quantité adéquate pour permettre la maturation d’un ovule en vue de l’ovulation. Ensuite, seulement s’il y a bel et bien eu ovulation, la progestérone prend le relai en étant produite quant à elle dans la poche (follicule) qui contenait l’ovule (qui, arrivé au terme de sa maturation, s’en est allé promener pour la suite de ses aventures).

La balance entre les œstrogènes et la progestérone est primordiale pour la fertilité tout comme le vécu physique et psycho-émotionnel de la femme réglée.

Pourquoi?

Parce que l’une contrebalance les autres. Par exemple, si nos œstrogènes stimulent notre système nerveux en promouvant la dopamine et la sérotonine, la progestérone, quant à elle, le calme en agissant comme le GABA (neurotransmetteur qui permet la relaxation et le sommeil récupérateur). De même, si les œstrogènes stimulent notre col de l’utérus pour qu’il s’ouvre et crée de la glaire cervicale en période fertile, la progestérone quant à elle nous protège du cancer du col de l’utérus en rendant les tissus-cibles moins sensibles aux œstrogènes quand il n’y a plus besoin. Enfin, à titre de dernier exemple parlant, si les œstrogènes épaississent l’endomètre (parois de l’utérus qui se gorgent de sang jusqu’à l’ovulation puis se vide pendant les règles), la progestérone la peaufine en la rendant plus fine et riche en capillaires sanguins.

Vous comprenez mieux l’importance de l’équilibre entre les 2?

Ainsi, une dominance en œstrogènes induite par un manque d’ovulation ou pas assez de progestérone pour contrebalancer pourra être la cause de symptômes non négligeables chez la femmes réglées comme des SPM ou de l’anxiété accrue à l’arrivée des règles ou même des règles trop abondantes ou douloureuses par exemple.

De fait, apprendre comment promouvoir l’équilibre entre œstrogènes et progestérone durant ses années fertiles : c’est la base.

Et en cabinet ou sur Skype, je suis dispo pour vous y aider alors n’hésitez pas 🌸!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Non classé

Le stress VS le cycle menstruel

1B880856-9381-4FA8-AE14-4DECC47341F1

Savez-vous que le stress affecte votre cycle menstruel naturel?

Oui, le stress impacte directement l’hypothalamus (précieuse glande cérébrale qui commande la symphonie de toutes nos hormones) qui réagit en diminuant son signal d’activation au niveau de l’hypophyse (chef d’orchestre de la symphonie hormonale), qui à son tour diminue son action sur les ovaires qui se retrouvent comme sous-stimulés, ce qui induit de moindres chances d’ovuler et d’avoir de fait un cycle menstruel régulier. C’est pourquoi un traumatisme psychologique ou un stress aigu intense peut impacter le cycle menstruel momentanément par exemple. Ainsi, le cycle menstruel revient à l’état d’équilibre quand le sytème nerveux fait de même et cela peut prendre plusieurs cycles après l’événement marquant puisqu’il faut compter 3 mois de la folliculogenèse à l’ovulation pour la maturation d’un ovule.

Mais dans le cas d’un stress qui devient chronique, c’est tout l’axe hypothalomo-hypophyso-surrénalien qui peut se dérégler par une production constante de cortisol qui épuisent les glandes surrénales et entraîne par là-même : fatigue, anxiété, insomnie, baisse de l’immunité, SPM, règles irrégulières et cycles anovulatoires…

C’est pourquoi un mode de vie dans lequel la joie, le repos et la relaxation tout comme un apport en nutriments adéquat sont au rendez-vous n’est pas un luxe pour vos hormones mais une nécessité quand il est question de santé.

Alors prenez soin de vous, vos hormones vous remercieront 🌼

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

Douleurs de règles?

6CD10337-38B0-4593-A4CF-E32E87C2C747.png

Quand le cycle menstruel n’est pas muselé par des hormones de synthèse et qu’on lui donne ainsi la possibilité de suivre son cours naturellement, c’est en réalité un allié précieux car le corps nous communique ainsi l’état de notre santé globale. Observer ses cycles et comprendre sa physiologie permet en effet d’accueillir tous les signaux que le corps nous envoie comme autant d’indices dans sa difficulté ou non à instaurer l’équilibre en nous. Notre corps est en adaptation permanente, en physiologie, on nomme cette aptitude vitale “homéostasie”. De fait pour faire s’épanouir la vie, notre équilibre de santé, il travaille sans cesse à faire avec ou malgré ce que nous mangeons, pensons, buvons, faisons. Et, loin de fonctionner en systèmes organiques séparés, tout communique et tout est connecté en nous. Ainsi, des douleurs de règles peuvent avoir pour origine une dominance en œstrogènes par l’absence d’ovulation ou non du fait d’un système nerveux épuisé ou en mode survie (sécrétion chronique de cortisol) ou bien du fait d’une thyroïde en sous-régime ou encore à cause d’un manque d’apport adéquat en nutriments pour ne citer que ces exemples. C’est pourquoi, quand il est question d’équilibre du cycle menstruel, il est question d’équilibre global. La question à vous poser avant tout c’est : Êtes-vous prêt(e) à vous écouter ou préférez-vous ne pas vous remettre en question et faire taire votre corps? Si vous avez répondu oui, la naturopathie peut vous aider à découvrir ce qui aide VOTRE corps à favoriser la santé et la paix de vos règles.
Prenez soin de vous et rappelez-vous: chacun sa santé 🌸
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Les règles, sujet tabou?

AD733E98-7882-433F-BA66-770ECC249B73.jpeg

Aujourd’hui je vous parle de règles. Ce phénomène physiologique naturel de l’homéostasie féminine encore si tabou ou même méprisé dans notre société actuelle. Les règles sont le marqueur de notre équilibre général à nous les femmes. Elles marquent le début du cycle hormonal, utérin et ovarien. Qui dit règles dit phase folliculaire, ovulation et phase lutéale : un cycle naturel au complet. Tout autre saignement qui ne suit pas ce cycle naturel au complet n’est pas le fait des règles. Il y a les saignements inter-menstruels dans le cas de perte de sang à l’ovulation ou résultant d’un cycle anovulatoire. Une façon pour notre corps de nous communiquer que l’équilibre physiologique est mis à mal en vue de nous aider à opérer des changements vitalogènes pour nous. Mais il y a aussi les saignements de privation qui sont le résultat de l’arrêt provisoire de la pilule. Quand vous êtes sous hormones de synthèse, vous n’avez pas de cycle féminin, vous n’avez pas d’ovulation, vous ne produisez pas vos hormones naturelles au niveau des ovaires, aka vous n’avez pas de règles.
Aussi, le sang des règles n’est ni impur ni sale. Rappelez-vous que c’est le sang que votre corps a prévu pour nourrir la vie d’un embryon. C’est un sang extrêmement riche en nutriments et cellules-souches et les chercheurs y voient des potentialités thérapeutiques. Notre sang des règles n’est pas sale, il est source de vie.
Enfin, je vous encourage à questionner votre rapport à vos règles et votre corps de femme. Comment vivez-vous vos cycles? Souhaitez-vous apprendre à écouter ce que votre corps vous dit pour cerner les habitudes ou pans de votre vie qui méritent votre attention? Avez-vous à cœur de participer à l’empuissancement des femmes par l’éducation, la réappropriation et la valorisation du cycle féminin? Comment voulez-vous que nos filles et garçons voient ce phénomène naturel? Quelle société voulez-vous encourager?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Nutrition végane

Faut-il avoir peur du gras?

150F0844-0EB4-42B1-B1D7-E5D60E19697B.png

Aujourd’hui je vous parle de gras/lipides : un macro-nutriment qui doit représenter 35% de notre apport alimentaire pour soutenir notre santé. Quand il s’agit de manger sain et qui plus est végan, la peur de grossir fait parfois négliger le gras au détriment de la santé et en particulier de l’équilibre hormonal. Or pour rayonner de santé et d’énergie en mangeant végan, n’oublions surtout pas le gras! Nous en avons besoin pour notre peau, notre système nerveux, notre équilibre hormonal, notre énergie vitale et j’en passe. Bien entendu, je ne vous parle pas ici de chips ou d’huile hydrogénée 👎 mais de lipides contenus dans des aliments complets ou de bonnes huiles végétales 👍. De fait, un apport quotidien de 30g à 60g de fruits à coque et de graines oléagineuses apportent de bons acides gras et de précieux nutriments (vitamines B9, E, fer, zinc, fer, calcium, magnésium, fibres par exemple) et il est prouvé que ça n’entraîne pas de prise de poids (cf. réf étude en fin d’article). Ainsi, n’ayez pas peur de vous régaler avec du beurre de cacahuète/amande/noisette/sésame, d’avocat et d’olives tout comme saupoudrer vos plats de graines de courge, de lin moulues ou de chanvre ou même vos biscuits de coco râpée : votre corps vous dira merci! Concernant les huiles, faites la part belle aux huiles riches en oméga-3 car les oméga-6 sont déjà assez présents dans le reste de l’alimentation. La quantité quotidienne santé : 2 à 4 cuillères à soupe d’huile bio première pression à froid. L’huile d’olive et l’huile de coco pour la cuisson sont top. Ne craignez pas le gras saturé de l’huile de coco, car dans une alimentation végane bien équilibrée, ce type de lipides est très peu représenté et nos hormones en ont un peu besoin. À savoir : les oméga-3 sont essentiels pour la gestion de l’inflammation, l’équilibre du système nerveux et hormonal ainsi que le développement cérébral chez les tous petits. Alors, en plus des graines de lin/chanvre/chia/noix et de l’huile de colza ou lin, je recommande aussi les huiles enrichies en DHA (à base de micro-algues, dispo en mag bio) pour assaisonner et non cuire.

Prenez soin de vous, n’ayez pas peur des bons gras 🥥🌰🥜🥑!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Référence de l’étude : Mattes R, Dreher M (2010). Nuts and healthy body weight maintenance mechanisms. Asia Pac J Clin Nutr 19 (1), 137-41.

Assiette complète, Conseil santé, Mémo aliment santé, Nutrition végane

Mémo pour composer son assiette végane complète et saine 🎁

1BCEB20C-A875-4BB1-8EC2-FDC67445505D.jpeg

Voilà, je vous avais promis une base simple pour composer vos assiettes véganes et saines en faisant appel et confiance à votre créativité et votre cheminement personnels : la voici! Vous pouvez voir cette image comme un mémo quand vous ouvrez frigo et placards sans recette toute prête en tête ou pour vous inciter à consommer plus complet et sain au quotidien. Ça vous plaît? Si vous avez des questions n’hésitez pas. Dans les céréales et grains complets vous avez entre autres le millet, le quinoa, le riz complet, le maïs, l’amarante… Dans les légumineuses : pois chiches, lentilles, petit pois, haricots blancs/rouges/Pinto, tofu, tempeh, fèves, edamame… Petit rappel bonus santé : ne pas oublier la B12 en complément alimentaire, le sel iodé ou les algues de mer dans vos assiettes quand le complément de B12 ne contient pas d’iode (la Veg1 en contient 👍) et de saupoudrer vos plats de graines de lin moulues, de graines de chanvre ou d’assaisonner avec une huile de lin ou colza pour les Omega 3 vg. Aussi, comme d’habitude, je vous encourage à davantage prendre soin de vous, de privilégier ce qui vous nourrit le cœur et vous apporte la paix intérieure avant tout.
Au fait, j’ai créé un groupe privé sur la page Fb Chacun Sa Santé qui s’appelle « Partage Ta Recette Santé » (végane bien sûr) pour toutes celles et ceux qui souhaitent se motiver ensemble et partager ses belles créations végétales du quotidien.
Au plaisir de vous y retrouver!
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Nutrition végane, Recette

Assiette végane et saine & créativité

BB8C6D9E-A478-450F-A83F-FD3D7DCD9451.jpeg

Quand on mange vegan et qu’on fait la part belle aux légumes, aux fruits et aux grains complets et légumineuses dans leur diversité, il est vrai que ça demande une pincée de créativité. Or, nous ne sommes pas toujours préparés pour. La peur de rater ou un manque de confiance peut vite faire abandonner. Pourtant, c’est aussi un très bon moyen de découvrir de nouvelles saveurs préférées tout autant que d’exercer son cerveau à rester vif et non sclérosé par l’habitude. Je travaille à vous faire une fiche mémo pour vous donner une base pour vous lancer, ça vous plaît? 

Sur la photo, vous pouvez voir un exemple de ma créativité de tous les jours en cuisine : pêche et betterave fraiches vapeur accompagnées de pois chiches et d’amarante, le tout assaisonné d’une vinaigrette maison à base d’huile d’olive, échalote et vinaigre balsamique. Servi avec quelques feuilles de menthe du jardin et d’une pincée de sel d’Himalaya. Ça fait mouche pas vrai? Pourtant, c’est juste des ingrédients qui étaient à ma disposition, mon envie du moment et imagination ont fait le reste. Et après dégustation, je me suis dit qu’avec des petits pois ça aurait été encore meilleur. Chouette, j’apprends à marier les saveurs qui me plaisent avec l’expérience! 

Et vous, ça vous dirait de créer vos assiettes véganes et saines vous-mêmes? Et si après, on partageait nos créations dans un groupe privé sur la page Facebook Chacun sa Santé? Qu’en dites-vous? En tout cas, la fiche mémo arrive bientôt !

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie