Conseil santé, Gestion des émotions, Moment pour soi

Un outil pour se libérer de l’anxiété 🕊

0923492C-8308-4B70-8590-DE7827F66DB5.png

🤯 Que faire quand la peur prend le dessus et que l’anxiété te gagne?

👩‍🎓 La psychologue américaine Dawn Huebner a mis au point une méthode qui permet de repenser l’anxiété et dépasser ses peurs. Je te la traduis et t’encourage à l’utiliser pour cultiver ta santé mentale comme tu utilises ta brosse à dents pour cultiver ta santé dentaire. J’ai pris la liberté dans ma traduction de créer un acronyme pour faciliter la mémorisation sur le long terme : OSE.

📌 La méthode OSE en 3 points, un outil pour dépasser peurs et anxiété:

1. Ouvre ton imagination pour externaliser ton anxiété en la personnifiant. Tu peux imaginer une créature, lui donner un nom et même des traits de caractères. Sache que plus tu l’écoutes avec attention en t’y identifiant, plus sa voix porte et capte tous tes sens avec ses « et si » et « oui mais ». Alors que plus tu reconnais sa voix comme différente de la tienne au fond de toi, plus tu peux prendre du recul. Apprends ainsi que tu n’es pas ton anxiété.

2. Sers-toi de ton mental pour corriger tes croyances limitantes et tes pensées erronées que tu prends pour la réalité. L’anxiété ou la peur naît du fossé entre ce que nous pensons qu’il va arriver et ce dont nous nous croyons capable. Tu as reconnu la voix de ton anxiété et tu peux ainsi reconnaître que ses “et si” ne sont pas à 100% probables comme elle veut te faire croire. Ton anxiété surestime les chances qu’un malheur t’arrive et sous-estime ta capacité à faire face à l’inconnu quoi qu’il arrive. Sache que tu es bien plus capable que ce que ton anxiété croit.

3. Expose-toi peu à peu à ce qui cause ton anxiété. L’évitement grandit l’anxiété alors qu’y faire face par l’action donne confiance. Rappelle-toi que ce n’est pas parce que tu ressens de l’anxiété que tu es nécessairement en danger. Quand ton anxiété t’empêche de vivre pleinement, tu as le choix entre changer de pansement ou penser le changement un petit pas à la fois. Que préfères-tu?

Prends soin de toi, cultive tes pensées pour qu’elles soient tes alliées en cas d’anxiété: OSE.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Les règles, sujet tabou?

AD733E98-7882-433F-BA66-770ECC249B73.jpeg

Aujourd’hui je vous parle de règles. Ce phénomène physiologique naturel de l’homéostasie féminine encore si tabou ou même méprisé dans notre société actuelle. Les règles sont le marqueur de notre équilibre général à nous les femmes. Elles marquent le début du cycle hormonal, utérin et ovarien. Qui dit règles dit phase folliculaire, ovulation et phase lutéale : un cycle naturel au complet. Tout autre saignement qui ne suit pas ce cycle naturel au complet n’est pas le fait des règles. Il y a les saignements inter-menstruels dans le cas de perte de sang à l’ovulation ou résultant d’un cycle anovulatoire. Une façon pour notre corps de nous communiquer que l’équilibre physiologique est mis à mal en vue de nous aider à opérer des changements vitalogènes pour nous. Mais il y a aussi les saignements de privation qui sont le résultat de l’arrêt provisoire de la pilule. Quand vous êtes sous hormones de synthèse, vous n’avez pas de cycle féminin, vous n’avez pas d’ovulation, vous ne produisez pas vos hormones naturelles au niveau des ovaires, aka vous n’avez pas de règles.
Aussi, le sang des règles n’est ni impur ni sale. Rappelez-vous que c’est le sang que votre corps a prévu pour nourrir la vie d’un embryon. C’est un sang extrêmement riche en nutriments et cellules-souches et les chercheurs y voient des potentialités thérapeutiques. Notre sang des règles n’est pas sale, il est source de vie.
Enfin, je vous encourage à questionner votre rapport à vos règles et votre corps de femme. Comment vivez-vous vos cycles? Souhaitez-vous apprendre à écouter ce que votre corps vous dit pour cerner les habitudes ou pans de votre vie qui méritent votre attention? Avez-vous à cœur de participer à l’empuissancement des femmes par l’éducation, la réappropriation et la valorisation du cycle féminin? Comment voulez-vous que nos filles et garçons voient ce phénomène naturel? Quelle société voulez-vous encourager?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Sensibilité émotionnelle, un défaut?

74136773-4831-4960-9ADD-BA6C327DE040.jpeg

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de sensibilité émotionnelle, un trait si souvent associé au féminin et plus encore dévalorisé si ce n’est méprisé. Pourtant les émotions sont l’affaire de tous et les dénigrer ne les fait pas disparaître, pas plus que nier la fatigue ne la fait s’envoler. Je vous parle souvent d’accueillir les émotions pour avancer mais encore faudrait-il pour cela accepter d’avoir des émotions. Si vous êtes un homme qui a entendu petit garçon que pleurer est pour les “chochottes” ou les filles, si vous êtes une femme à qui l’entourage a répété dans l’enfance “tu es trop sensible”, si vous avez grandi pensant que vos émotions étaient un poids : il y a de fortes chances pour que vous viviez mal vos émotions pensant que vous avez quelque chose qui cloche. Or comme on peut apprendre à compter et rationnaliser, on peut aussi apprendre à vivre ses émotions sans honte et sans drame. C’est ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle, une compétence encore peu mise en lumière dans notre société il faut bien l’avouer. Pourtant aujourd’hui, des livres sur l’hypersensibilité fleurissent et se vendent bien. C’est bien que le sujet des émotions répond à un besoin qui nous réunit bien plus qu’on ne le pense. Ce que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui, c’est que vous avez le droit d’avoir des émotions, même sans étiquette d’hypersensible ou autre. Votre histoire et vos blessures sont légitimes, peu importe qui vous êtes, vous avez le droit à une oreille attentive, des bras réconfortants et un regard bienveillant. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, espérer ne pas se sentir blessé ou chamboulé en chemin est illusoire. Et si vos émotions pouvaient vous apprendre quelque chose? Quand votre regard change et que vous n’allez plus contre vous-même, vous vous donnez la possibilité de goûter la vie plus pleinement et de faire des choix qui vous ouvriront de nouveaux horizons.
Prenez soin de vous, ne voyez plus la sensibilité comme un défaut mais un trait qui fait de vous quelqu’un de pleinement vivant tout simplement.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion des émotions, Moment pour soi, Yoga

Votre système nerveux réclame votre attention 🌼

E4659313-8928-44D2-A2E2-254E886A26C4

C’est le week-end ou peut-être les vacances pour vous et c’est le meilleur moment pour vous rappeler que votre détente est nécessaire à votre bien-être et même votre santé! Et oui, vivre sous pression constante ne fait pas bon ménage avec la santé (sommeil perturbé, fatigue chronique, mauvaise digestion, baisse de l’immunité, risque cardiovasculaire aggravé, perturbations hormonales…). Coucou le stress chronique induit par la société actuelle qui presse la planète et les gens comme des citrons 🥵. Et non, vous n’êtes pas coupables de votre stress et non vous n’avez pas besoin d’être superman ou wonder woman pour être enfin reconnu(e) et valorisé(e). Vous êtes assez. Vous avez le droit de vous reposer, de dire non, de n’avoir envie de ne rien faire, de mettre en priorité votre équilibre et de poser vos limites quoi que vous fasse penser votre bourreau intérieur (vous savez cette petite voix en chacun(e) de nous qui a la critique facile). Aussi, vous n’êtes pas obligés d’attendre une grave maladie ou un burn out pour écouter enfin votre corps et vos besoins. Boire de l’eau est un besoin essentiel, tout comme la détente et la recharge et j’espère que vous n’attendez pas d’être déshydraté(e) pour boire. Si votre santé vous importe, pour la cultiver, vous vous devez d’apprendre à respecter votre rythme et vos besoins du moment. Et si ça vous paraît impossible ou égoïste, rappelez-vous les schémas explicatifs en cas d’urgence dans l’avion : il faut vous oxygéner d’abord pour après être en capacité de vous occuper de vos petits en leur mettant le masque à oxygène correctement. Et oui, si vous êtes mort ou trop mal en point vous ne pouvez plus être de grand secours pour les gens qui vous entourent. C’est pareil dans la vie de tous les jours, prenez conscience que plus vous prenez soin de vous et plus votre présence fera du bien autour de vous. Le système nerveux est mis à rude épreuve dans notre société actuelle, sachez que vous pouvez apprendre à le nourrir de manière personnalisée avec votre naturopathe préféré(e)!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

C’est quoi prendre soin de soi?

1341269C-41A8-4D05-B650-042A9EB2B8DD

C’est quoi prendre soin de soi?

—> c’est tout un tas d’attentions à soi dans la façon de s’accompagner chaque jour et non une activité précise uniquement

—> c’est différent pour chacune et chacun car nous n’avons pas tou(te)s la même histoire et le même chemin

—> c’est bien plus et au-delà que de s’offrir un massage de temps en temps ou même s’apprêter ou s’offrir des choses

—> ça ne prend pas du temps en plus mais demande d’apprendre à prioriser son temps

—> c’est apprendre et s’autoriser à favoriser ce qui nous nourrit sur tous les plans, que ce soit dans l’assiette, dans le cœur ou dans la tête

—> c’est une façon de vivre de tous les jours et non juste un moment de temps en temps quand on pense le mériter

Que faites-vous pour prendre soin de vous aujourd’hui ?

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Ce que les règles peuvent révéler 🚺

52710281-66DF-4A13-B52F-86896F79BC69

Aujourd’hui je vous parle de règles. C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur car c’est ce qui m’a amenée vers la naturopathie. Il y a 11 ans peu de temps après avoir arrêté de prendre la pilule définitivement, j’ai vécu des premiers jours de règles hyper douloureux, jusqu’à vomir et m’évanouir et, si aujourd’hui ça ne m’arrive plus, ça a duré pendant assez d’années pour me marquer. J’ai eu beau consulter médecins et gynécologues, leur seul mot d’ordre était que je reprenne la pilule et que je prenne des cachets anti-douleurs, point. Ça ne me convenait pas comme solution, je voulais comprendre pourquoi mon corps en était là, je voulais trouver comment instaurer plus de paix dans mon ventre et je voulais pouvoir vivre naturellement ma condition de femme sans avoir l’impression que c’était une plaie. Je n’ai pas repris la pilule (je suis têtue quand ça me tient à cœur) mais j’ai pris pendant un temps des cachets anti-douleurs car j’avais commencé à avoir peur de mes règles, à développer de l’anxiété d’anticipation. Même sans endométriose j’en venais à diaboliser ce moment où j’allais commencer à saigner. La découverte de la naturopathie, un changement d’hygiène de vie, l’écoute de mes émotions, beaucoup de lectures nutritives sur la condition cyclique de la femme (Maïtié Trélaün, Miranda Gray, Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Le Blanc…) ainsi que la Symptothermie m’ont apporté tellement. Aujourd’hui je n’ai plus de douleurs jusqu’à vomir ou m’évanouir, j’ai juste des sensations. Je suis quand même toujours marquée par ces années ponctuées de jours en souffrance chaque mois que je ne souhaite à personne. Sur mon chemin, j’ai ressenti un énorme manque de transmission de connnaissances sur mon corps de femme, ses spécificités et comment être à l’écoute de mes besoins et de mon énergie rythmés par mon cycle. La connaissance m’a libérée, apaisée et responsabilisée. Je n’ai pas trouvé un comprimé miracle ou une recette magique, non, j’ai appris à comprendre ce que mon cycle me demandait de réajuster dans ma vie.
Si mon histoire résonne en vous, sachez que je suis formée et parée pour vous aider.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Ne fuyez plus vos émotions

 

036641E0-07BC-4B70-90BD-79124E90B3D4

Deuils, souvenirs d’enfance douloureux ou traumatisants, accidents, ruptures, maladies graves, rejet familial, licenciement, précarité… Autant de vécus qui génèrent leurs lots d’émotions difficiles. Les accueillir peut sembler insurmontable, il y a souvent la peur du jugement extérieur d’abord mais aussi l’angoisse de perdre tout contrôle. Dans une culture où seule la performance est adulée, pleurer ou s’effondrer ne fait pas briller en société il est vrai. Alors que contrôler, maîtriser, commander, orchestrer peut donner un sentiment de puissance et de fierté, il est illusoire de croire que c’est la solution pour vivre ses émotions. Non, les émotions ne se contrôlent pas, elles s’accueillent. Cela demande certes de se sentir assez en sécurité pour s’abandonner à sa météo intérieure avec humilité, c’est-à-dire moins dans sa tête et davantage dans son cœur. Accueillir ses émotions c’est embrasser pleinement la personne que l’on est et non rejeter sa vulnérabilité ou des parts de nous-mêmes qui nous semblent peu aimables. Nous sommes tous des êtres d’émotions au fond, nous avons tous notre lot de peurs, de peines ou de chagrins sur notre chemin. Vous n’avez au fond pas vraiment à apprendre à vous aimer mais plutôt à vous rappeler qu’à votre premier souffle vous étiez déjà assez pour mériter d’être complètement aimé(e).
Sachez qu’au cabinet ou via Skype, je peux vous accompagner dans l’accueil de vos émotions si vous en ressentez le besoin. Enfin, comme le dit si bien le chercheur en psychologie Ilios Kotsou “à grande peur : grand courage, pas de peur : pas de courage”. Prenez soin de vous, soyez courageu(x)se, embrassez votre vulnérabilité.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Gestion des émotions, Moment pour soi

Non aux régimes 🤟

F23FBCC6-ECDD-4447-94DB-7DE3950F8355

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de régimes et pourquoi je ne les cautionne pas pour trouver poids santé et confiance en soi. C’est bientôt l’été et ce mot fleurit sur tous les magazines et publicités destinés principalement aux femmes. Dans une société dictée par l’image, je ne peux que comprendre que le rapport à son corps soit souvent lié à l’estime de soi. C’est un sujet délicat et intriqué de manière personnelle dans l’histoire de chacun(e). Le rapport à la nourriture est intimement relié à l’émotionnel et l’affectif. Sinon la Madeleine de Proust n’existerait pas et nous n’aurions pas de plats préférés que seuls maman, papa ou mamie ont le secret pour nous régaler pas vrai? Mais on peut s’aimer ou se détester au travers de la nourriture et l’image qu’on a de son corps. Les régimes pour moi sont une forme de punition, ce n’est pas s’aimer ou apprendre à mieux manger mais se priver et attendre de son corps qu’il se plie à l’exigence du moment sans écouter sa faim et ses besoins. Et après? Sachez qu’on peut davantage s’aimer tout au long de l’année en se cuisinant des bons petits plats sains maison, en redécouvrant les légumes de saison, en se confectionnant des goûters gourmands et sains à base de fruits et surtout en arrêtant d’acheter industriel et en mangeant vrai, c’est-à-dire des produits bruts, complets et végétaux en majorité et tout ça sans se soucier des calories mais bien plus de la qualité de ce que vous mangez : moins de sucre, plus de fruits, moins de soda, plus d’eau ou infusion, moins de pain blanc, plus de pain complet au levain, moins de fromages, plus de houmous, tapenade ou guacamole, moins de viandes, plus de légumineuses et de noix…Et surtout cultiver un esprit d’exploration et d’émerveillement dans la cuisine et de patience et de bienveillance envers son corps et son chemin. S’aimer c’est aussi s’écouter et apprendre à faire les bons choix pour soi qui nourrissent sur tous les plans. Savoir reconnaître quand on est stressé(e) ou fatigué(e) pour mieux s’autoriser la recharge ou le repos et savoir marcher ou danser par joie et non par devoir est aussi important que l’assiette. Prenez soin de vous: ne mangez pas moins, mangez vrai!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Ressentir pour mieux s’en sortir 💙

B5375600-8728-49D3-A5ED-C0F0C55468B5

Saviez-vous que le mot émotion vient du latin « motio » qui signifie « mouvement »? Les émotions, de nature, circulent en nous comme les nuages dans le ciel pour peu que nous ne les bloquions pas par peur de les vivre et d’en souffrir. C’est normal d’avoir peur, c’est compréhensible de ne pas vouloir souffrir, mais en fuyant ou bloquant nos émotions difficiles à vivre c’est malheureusement notre simple joie de vivre que nous empêchons d’émerger aussi. Nous ne pouvons contrôler tous les événements qui parcourent notre chemin de vie, ni la manière dont ils nous atteignent. Mais nous pouvons nous accueillir les bras et le cœur ouverts dans tous nos émois qu’ils soient détresse, angoisse, tristesse, perte de sens ou de repère. Comment? En nous laissant vivre ce qu’il se passe en nous, et ce quand bien même il nous arriverait de nous juger ou de vouloir contrôler, jugeons-nous ou admettons notre besoin de contrôle alors, reconnaissons que nous le faisons. Car bien souvent c’est lorsque nous cessons de nier nos durs hivers intérieurs que l’élan de vie du printemps peut enfin prendre racine en nous.

Alors aujourd’hui en guise de conseil d’équilibre de santé, je vous souhaite de vous autoriser à ressentir ce qu’il se passe en vous pour que vos forces de vie puissent pleinement fleurir.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Moment pour soi, Yoga

Le sport pour la santé c’est bien mais adapté à soi c’est mieux!

DAF96FAA-25A9-40DB-A034-52976A714F4FJe vous rappelle souvent que l’activité physique fait partie intégrante d’une hygiène de vie qui favorise l’équilibre de la santé globale. Mais aujourd’hui je voudrais aussi vous dire que trop de sport ou aller contre soi et son corps n’est pas bon non plus. En effet, trop de sport ou aller au delà de ses limites fait monter le taux de cortisol au même titre qu’un stress latent qui perdure. Le cortisol, qu’on appelle communément l’hormone du stress, nous sert à l’origine quand nous faisons face à un danger de mort imminente (pourchassé(e) par un animal carnivore ou attaqué(e) par quelqu’un) pour nous permettre de puiser dans toutes nos ressources et combattre ou fuir de la manière la plus efficace possible pour survivre. Or elle est censée cesser son activité quand on est enfin loin du danger et laisser place à la recharge et la régénération. Le problème aujourd’hui c’est que les sources de stress qui font monter le taux de cortisol sont nombreuses même sans être un danger de mort imminente. Et si le taux de cortisol ne baisse pas, cela peut engendrer l’épuisement du système nerveux, du système immunitaire, l’augmentation de la prise de masse graisseuse surtout autour de la taille et de l’inflammation de bas grade généralisée.
Quand je vous encourage à pratiquer une activité physique, je mets toujours l’accent sur le fait de vous écouter et faire ce qui vous met en joie et à votre rythme. Aujourd’hui je veux aussi vous encourager à vous écouter profondément et à vous autoriser à privilégier ce qui va amener plus de paix en vous, à relâcher la pression du quotidien. La sédentarité peut poser problème certes mais l’hyperactivité tout autant aussi! L’équilibre à construire se trouve dans l’écoute de vos besoins. Dormez si vous êtes épuisé(e), sortez marcher si vous sentez que ça peut vous ressourcer, dansez si le cœur vous en dit mais surtout soyez à l’écoute de ce qui se passe en vous et respectez votre énergie du moment sans jugement.
Tout est une question d’équilibre et d’adaptation à son état du moment présent.
Quittez les « je dois » pour les « j’ai besoin de ».
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie