Non classé

Y a-t-il d’autres méthodes d’observation du cycle que la Sympto?

Dans l’article précédent, je vous ai décrit la méthode d’observation du cycle (MOC) que je pratique personnellement et pour laquelle je suis formée en tant que conseillère : la Symptothermie Moderne. Mais sachez qu’il existe d’autres MOC et même différentes écoles de Symptothermie, toutes efficaces et back-upées par la science. Ainsi, selon votre profil, vos ressources et votre quotidien vous avez le choix entre plusieurs méthodes pour observer votre cycle dans un but contraceptif, monitoring santé ou même aide à la conception.

C’est quoi une MOC?

Une MOC c’est une Méthode d’Observation du Cycle, c’est l’analyse quotidienne d’un ou des bio-marqueurs de la fertilité selon la méthode utilisée qui permet de cerner la période fertile du cycle en cours (glaire cervicale, température basale et position du col de l’utérus). Une MOC ne se base pas du tout sur des calculs statistiques comme peuvent le faire les méthodes de calendrier (Ogino) ou certaines applications portable. Une MOC demande un apprentissage pour être à même de bien observer et reconnaitre ses bio-marqueurs de fertilité. Une MOC permet d’observer et de gérer sa fertilité à chaque cycle. Elle peut être utilisée en mode contraception mais aussi en mode conception ou mode observation monitoring santé.

Quelles sont les différentes MOC qui s’offrent à nous?

  1. Les différentes méthodes symptothermiques :

Déjà, ce qu’il faut savoir c’est que le terme symptothermie regroupe en fait plusieurs méthodes affiliées à différents organismes ou écoles. Elles ont toutes cependant le trait commun de se consacrer à l’observation de la glaire cervicale et de la température basale pour cerner la phase fertile. Parfois l’observation de la position du col de l’utérus peut être envisagée aussi. Toutes les méthodes symptothermiques doivent leur existence aux travaux et recherches du fondateur de la première méthode symptothermique, le Dr Joseph Rötzer, dans les années 60. Son étude de 1968 sur l’efficacité de l’observation de la glaire cervicale couplée à celle de la température basale est la référence scientifique pionnière de toutes les méthodes symptothermiques.

Aujourd’hui il existe plusieurs écoles de symptothermie, elles ont toutes un cyclogramme (graphique qui permet de noter ses observations) différents et, même si elles ont des nuances, sont toutes des méthodes à double-contrôle (mise à part Cyclamen du CLER qui est une méthode symptothermique à simple-contrôle) . Voici les principales écoles symptothermiques actives à ma connaissance en France à l’heure actuelle :

  • Méthode Rötzer, affiliée à l’institut INER que le Dr Rötzer a lui-même a fondé en Autriche en 1986, cette méthode est encore peu connue en France mais il existe des monitrices françaises disponibles.
  • Méthode Sensiplan, parfois appelée méthode du PNF (planning familial naturel), l’on doit cette méthode à un groupe de chercheurs universitaires allemands. C’est d’ailleurs cette méthode symptothermique qui a fait l’objet de l’étude de référence actuelle pour prouver l’efficacité de la symptothermie (réf de l’étude en source).
  • Méthode Cyclamen du CLER (Centre de Liaison des Équipes de Recherche sur l’amour et la famille), affiliée à l’association chrétienne Loi 1901 « CLER Amour et Famille ».
  • Méthode de la Symptothermie Moderne, affiliée à la Fondation SymptoTherm créée en 1999 par Christine Bourgeois, co-fondatrice de la fondation avec Harri Wettstein et traductrice de la version française du manuel de Joseph Rötzer, “L’art de gérer sa fertilité”.
  1. Les méthodes d’observation de la glaire cervicale seule (fluide fertile) :

Ces méthodes se concentrent sur les sensations à la vulve et l’observation fine de la glaire cervicale pour définir la phase fertile du cycle. Les observations sont notées dans un tableau au jour le jour. Avec ces méthodes il n’y a pas besoin de prendre sa température au réveil, ni de connaître les différentes positions du col de l’utérus.

  • Méthode FertilityCare™, également appelée Modèle Creighton, développée à l’Université Creighton aux Etats-Unis en 1976 par un gynécologue obstétricien américain, le Dr Thomas Hilgers.
  • Méthode de l’Ovulation Billings, développée par les Docteurs australiens Evelyn et John Billings avec le concours du professeur suédois Erik Odeblad (dont les études sur la glaire cervicale sont fondamentaux même pour la symptothermie) dans les années 60. En France il existe deux organismes qui proposent l’apprentissage de la méthode Billings dont l’un de la marque déposée : le Centre Billings France qui focalise son enseignement sur les couples et l’association Méthode Billings™ WOOMB qui enseigne autant aux personnes menstruées célibataires qu’aux couples.
  1. Les méthodes Sympto-hormonales :

Il n’y a qu’une méthode sympto-hormonale disponible à l’heure actuelle mais d’autres peuvent exister sans que je ne les ai encore découvertes (avis aux connaisseu-rs/ses, n’hésitez pas à partager en com) (Depuis l’a publication de cet article, il m’a été donnée comme info qu’il existe d’autres écoles de symptohormonales, je les ai donc rajoutées). La méthode sympto-hormonale se base en particulier sur des tests urinaires au réveil pour observer les taux des hormones LH et œstradiol, elle y ajoute aussi l’observation de la glaire cervicale et parfois celle de la température basale. Il faut donc pour pratiquer cette méthode investir dans un moniteur électronique de fertilité type Clearblue.

  • Méthode Marquette, développée par l’Université Marquette aux Etats-Unis en 1999.
  • Boston Cross Check
  • FEMM

Conclusion

Voyez, il y a bel et bien d’autres méthodes que la Sympto et même plusieurs écoles symptothermiques! Cet éventail de choix permet à chaque personne de pouvoir trouver ce qui lui correspond le mieux quand il y a envie de ne plus prendre la pilule, d’enlever son stérilet pour simplement trouver un moyen de contraception moins invasif et sans effets secondaires qui permette de mieux connaitre son corps. Parce que la meilleure contraception en fait, c’est avant tout celle que l’on choisit! Ces méthodes permettent aussi moins de passivité quand il est question de suivi de santé car une personne qui observe ses bio-marqueurs de fertilité peut voir très vite s’ils sont perturbés et apporter ses cyclogrammes ou tableaux en consultation pour en discuter avec les professionnels de santé et naturopathes. Enfin, ces méthodes en cernant la phase fertile de chaque cycle peuvent aussi être utiliser pour faciliter un projet de conception, parce que savoir quand on est fertile peut autant être utile pour empêcher comme pour favoriser une grossesse.

Votre naturopathe menstruée et passionnée,

Margot-Hélène Piquenot

Sources:

  • Rötzer, J. Erweiterte Basaltemperaturmessung und Empfängnisregelung. Arch. Gynak. 206, 195–214 (1968). https://doi.org/10.1007/BF00666923
  • Frank-Herrmann P, Heil J, Gnoth C, Toledo E, Baur S, Pyper C, Jenetzky E, Strowitzki T, Freundl G. The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple’s sexual behaviour during the fertile time: a prospective longitudinal study. Hum Reprod. 2007 May;22(5):1310-9. doi: 10.1093/humrep/dem003. Epub 2007 Feb 20. PMID: 17314078.
Non classé

La Symptothermie c’est quoi?

Il y a encore beaucoup de confusion entre les méthodes de calendrier comme Ogino et les méthodes d’auto-observation du cycle comme la Symptothermie Moderne. Pourtant ce n’est pas du tout la même chose. Alors que les méthode de calendrier se contentent de faire des prédictions hasardeuses, la Symptothermie Moderne ne prédit rien et se base sur des observations précises des bio-marqueurs de la fertilité au jour le jour à chaque cycle. Malheureusement, ces méthodes sont souvent confondues et mises dans la même catégorie de « méthodes naturelles » à tort.

En fait, la Symptothermie c’est avant tout une rencontre avec son corps et sa fertilité personnelle. Cette méthode ne peut pas être pratiquée en faisant des généralités sans observer ce qu’il se passe dans son corps pendant le cycle du moment. La Symptothermie Moderne c’est avant tout de l’éducation, c’est prendre connaissance de sa fertilité loin des préjugés de l’ovulation obligatoire en milieu de cycle ou des fausses croyances sur l’ovulation spontanée voire double et de la fertilité féminine H24. De nombreuses personnes se demandent après avoir appris cette méthode pourquoi cette éducation sur la fertilité n’est pas faite à l’école.

Comment ça marche?

La Symptothermie Moderne, comme son nom l’indique, est l’observation de la température basale au réveil (-thermie) en relation avec l’observation des autres signes de fertilité (sympto) que sont la glaire cervicale tout au long de la journée (fluide fertile) et la position du col de l’utérus. En règle générale, les observations de la température basale et du fluide fertile suffisent pour pratiquer la méthode correctement. Ces observations mises en relation permettent de cerner notre période fertile du cycle en cours par double contrôle et nécessite un apprentissage pour savoir comment exactement interpréter ces observations.

Qu’indique la température? La prise de température au réveil (à horaire régulier avec un thermomètre précis au centième) permet de dresser une courbe de température basale corporelle et d’observer si la température se maintient ou s’élève de 0,20 à 0,50 degrés Celsius et se maintient ainsi. Ce changement de plateau de température indique qu’il y a eu ovulation. En effet, la progestérone que l’on produit grâce à l’ovulation augmente notre métabolisme basal et, de fait, notre température basale. Ainsi la température n’indique pas qu’on va ovuler mais bel et bien qu’on a ovulé. Attention, la Symptothermie ne nous considère pas infertile dès que notre température s’élève.

Qu’indique la glaire cervicale ou fluide fertile? Le fluide fertile est, comme son nom l’indique, un élément important de notre fertilité. Il est produit par les cryptes de notre col de l’utérus sous l’influence de la montée d’œstrogènes avant l’ovulation dans un cycle en équilibre. Il peut avoir plusieurs aspects, du blanc crémeux au translucide très fluide qui rappelle le blanc d’œuf cru. N’hésitez pas à lire mon article du blog dédié au fluide cervical pour en savoir plus. Le fluide fertile indique que l’on est fertile. Sans fluide fertile, notre vagin est trop acide pour que des spermatozoïdes puissent y survivre. Attention cependant, apprendre à reconnaître ses fluides fertiles est souvent la partie la plus ardue de l’apprentissage de la Symptothermie. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour apprendre à bien les identifier et ne pas confondre avec autre chose. En attendant que je constitue ma propre galerie professionnelle de photos des différents fluides fertiles, vous pouvez en voir quelques photos sur la galerie d’une conseillère anglophone ici.

Qu’indique la position du col de l’utérus? Notre col de l’utérus, c’est ce qui sépare notre vagin de notre utérus. Il s’ouvre et se ferme à différents moments de notre cycle menstruel naturel. En période fertile il est ouvert, haut et mou. Alors qu’en période infertile il est fermé grâce à un bouchon muqueux, souvent plus bas et facile à palper en plus d’être plus ferme au toucher. Vous pouvez apprendre à l’auto-palper et comprendre ses différentes positions grâce un accompagnement ou en autodidacte exploratrice (-eur) en position accroupie. Et si vous vous demandez à quoi ressemble un col de l’utérus, n’hésitez pas à visiter le site https://www.beautifulcervix.com.

Cette méthode est-elle vraiment efficace en contraception?

L’efficacité d’une méthode contraceptive est mesurée par l’indice de Pearl qui donne le nombre de grossesses pour 100 personnes sur un an avec utilisation de la méthode. L’indice de Pearl est un outil statistique calculé grâce à des études scientifiques, il indique surtout l’efficacité théorique. Plus l’indice de Pearl est proche de zéro, plus la méthode est efficace. Pour l’efficacité pratique (dans la vie de tous les jours sans accompagnement constant), il faut étudier un large échantillon de personnes utilisant la méthode au quotidien avec les aléas de la vie et les oublis possibles. A ce jour, il n’existe qu’une étude scientifique recevable de 2007 qui ait mesuré l’efficacité contraceptive théorique de la Symptothermie. Cette étude porte plus exactement sur la méthode symptothermique Sensiplan et non sur la méthode de la Symptothermie Moderne exactement. Ces deux méthodes diffèrent sur quelques points mais sont toutes deux des méthodes symptothermiques à double contrôle. Il n’existe par contre pas encore d’étude sur un large échantillon de personnes utilisant cette méthode pour le moment.

L’étude scientifique de 2007 a démontré que l’indice de Pearl de la Symptothermie est de 0,6 quand il y a eu des rapports protégés pendant la période fertile et de 0,4 quand il y a eu abstinence pendant la période fertile. Cette étude a suivi 900 femmes sur 20 ans, ce qui a équivalu à 17 638 cycles menstruels de suivis au total. Les femmes étaient accompagnées pour pratiquer la méthode correctement. Si l’on déduisait l’indice d’efficacité pratique de la Symptothermie de cette étude, il serait de 1,2. Mais il faudrait un plus large échantillon de personne en situation de la vie de tous les jours pour qu’on ait un indice d’efficacité pratique vraiment convaincant.

A titre de comparaison, les pilules ont un indice de Pearl (efficacité théorique) de 0,3 et un indice d’efficacité pratique de 8. Vous voyez qu’au niveau de l’indice de Pearl, il n’y a pas grande différence. Il convient de rappeler tout de même que dans l’étude, les femmes étaient accompagnées, elles n’apprenaient pas la Symptothermie en autodidacte. C’est pourquoi se faire accompagner pour apprendre la méthode est un gage d’efficacité et de sécurité.

Cette méthode peut-elle être utilisée autrement qu’en contraception?

Bien sûr, étant donné que la Symptothermie Moderne permet de savoir quand et si on est fertile, cette méthode peut aussi être utilisée en mode d’accompagnement à la conception et même en observation santé. En effet, savoir exactement quand nous sommes fertiles à chaque cycle permet de savoir quand les rapports intimes peuvent être plus favorables dans le but de concevoir. De même, savoir s’il y a bel et bien ovulation à chaque cycle permet de témoigner d’un équilibre hormonal important pour la santé globale. Enfin, apprendre à observer ses cycles permet aussi de repérer s’il y a des symptômes récurrents à chaque cycle et d’en parler à ses accompagnant(e)s de santé.

Voilà, j’espère que cet article a pu vous éclairer sur ce qu’est la Symptothermie Moderne. Je me tiens à votre disposition en tant que naturopathe et conseillère en Symptothermie Moderne pour tout rdv en ligne comme au cabinet. Au plaisir de vous accompagner vers plus de mieux-être et de connaissance de votre corps.

Votre naturopathe menstruée et passionnée,

Margot-Hélène Piquenot

Source:

  • P. Frank-Herrmann, J. Heil, C. Gnoth, E. Toledo, S. Baur, C. Pyper, E. Jenetzky, T. Strowitzki, G. Freundl, The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple’s sexual behaviour during the fertile time: a prospective longitudinal study, Human Reproduction, Volume 22, Issue 5, May 2007, Pages 1310–1319, https://doi.org/10.1093/humrep/dem003
Non classé

Le cycle infradien et la réponse au stress

7BA59CA8-7D64-4B47-B652-181A946A8CEF

🔄Le post précédent je vous parlais du cycle infradien, le cycle qui rythme la physiologie féminine en plus du cycle jour/nuit. Ou comment les fluctuations en œstrogènes et progestérone impactent autre chose que juste les ovaires et l’utérus.

🆘Aujourd’hui je vous parle d’un élément du cycle infradien : la réponse au stress. Car oui, nos hormones du cycle menstruel ont une influence sur notre réponse au stress.

1️⃣Primo, des études ont reporté que les femmes sont plus sujettes au stress dans la 2ème partie du cycle, en phase lutéale/prémenstruelle. Si tu te sens plus stressée avant tes menstruations, tu n’es pas la seule!

2️⃣Secondo, depuis les recherches du DR Taylor dans les 2000s, il a été prouvé que les femmes ont souvent une réponse au stress autre que le Fight or Flight (bats-toi ou fuis). Elles ont plus le Tend & Befriend (regroupe et connecte-toi). Si tu as besoin de parler quand tu es stressée, tu n’es pas la seule non plus!

⁉️Et tout ça, ca s’explique d’un point de vue physiologique! Tu veux que je t’explique plus en détails? Dis-le moi en commentaire et je le ferai dans un prochain post.

🌸Et si tu veux apprendre comment bichonner tes hormones pour ne pas subir ta phase prémenstruelle, n’hésite pas à me contacter!

🙋‍♀️Ça te parle tout ça? Quand tu es stressée, as-tu plus besoin de parler toi aussi? N’hésite pas à partager ton expérience, tu n’es pas seule, on est une communauté!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Non classé

Acné et hormones

5724CF38-42FC-42E0-A3C5-708205A1BCEC

✴️Aujourd’hui focus sur l’acné, un sujet qui peut toucher les ados, jeunes hommes/femmes comme les femmes à certains moments de leur cycle. Autant de messages qu’envoie le corps pour signaler un déséquilibre hormonal.

✴️D’abord l’acné c’est quoi en vrai? C’est un trouble inflammatoire des glandes sébacées de la peau qui provoque un excès de sebum, de kératinisation, de la comédogenèse et une colonisation au niveau des follicules pilo-sébacés de bactéries anaérobies Propionibacterium acnes : bjr comédons et boutons!

✴️Pas cool pas vrai? Mais si je te disais que ça n’est pas une fatalité et que l’acné n’est que le résultat d’un mode de vie? Tu ne me crois pas? Regarde les photos en fin d’article, je t’ai mis les références et les extraits d’une étude parmi d’autres sur l’épigénétique et l’acné.

✴️Mais qu’est-ce qui provoque l’acné alors? Métaboliquement, c’est l’excès des hormones IGF1, insuline et de l’activité de l’enzyme mTORC1 au détriment de l’activation du gène FoxO1 qui intervient dans la régulation de l’inflammation et de l’insuline. À mes souhaits pas vrai?

✴️Ok je traduis : la faute à une alimentation à base de produits laitiers de vache, de sucres/glucides raffinés et de graisses saturées et hydrogénées. Pourquoi? Parce que les laitages de vache et le sucre/glucides raffinés augmentent la production d’IGF1 et d’insuline, ce qui crée inflammation, colonisation des bactéries Propionibacterium acnes et du coup comédons et boutons! Les graisses saturées et hydrogénées quant à elles stimulent l’enzyme mTORC1 qui provoque kératinisation, inflammation et donc comédons et boutons aussi!

✴️Mais pourquoi les ados sont les plus touché(e)s par l’acné? Tout simplement parce qu’à la puberté, la production endogène de l’hormone IGF1 est à son apogée. Mais alors que cette production est physiologique/normale et ne provoque pas d’acné car pas en excès, si on en ajoute à chaque bouchée/gorgée, tu as compris le résultat: excès =👆.

✴️Concrètement la prochaine fois que tu auras une fringale de Nutella ou de pizza quatre fromages, j’espère que tu sauras faire les liens et les bons choix si tu veux prendre soin de toi et de ta peau.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Non classé

Jusqu’à 500 menstruations environ dans une vie

B7CD5C3D-DAD7-448A-A386-BB2CB5E042FB

📍Quand on a un utérus, on vit chaque mois un événement qui rythme nos vies de la ménarche à la ménopause. Soit 30 à 40 années de notre vie, hors période de grossesse et d’allaitement.

📍Personnellement j’en suis déjà à une 220aine de saignements menstruels, soit 19 ans de ma vie sur 32. J’ai pris la pilule de mes 15 à 20 ans. Quand je l’ai arrêtée, j’ai souffert pendant longtemps de douleurs menstruelles intenses. Mais ça c’était avant.

📍Pourquoi je vous parle de ça? Parce qu’aujourd’hui, alors que les menstruations font partie intégrante de la vie et la santé de toutes celles et ceux qui ont un utérus, il manque encore cruellement de transmissions sur le sujet. Vous ne trouvez pas?

📍À mes 15 ans, quand on m’a prescrit la pilule, m’a-t-on éduquée sur l’importance d’ovuler pour l’équilibre hormonal global? M’a-t-on expliqué qu’on n’ovule pas sous pilule? M’a-t-on éclairée sur le fait que les saignements sous pilules ne sont pas des menstruations? M’a-t-on transmis alors que les « pertes blanches » filantes sont en fait un signe majeur de fertilité? M’a-t-on appris que la nutrition a un impact important sur mon cycle menstruel? NON. Et vous?!

📍Tout ça je l’ai appris en cherchant et en lisant beaucoup sur le sujet pendant des années. Est-ce normal? Aujourd’hui je peux être la personne dont j’avais alors besoin pour savoir comment soutenir mon cycle menstruel et connaître les spécificités de ma fertilité, alors je dis merci à mon ardente curiosité.

📍Il me reste encore pas mal de menstruations à vivre avant la ménopause et je n’ai pas encore d’enfant. Pour moi c’est fait, j’ai compris mon corps et je vis mon cycle sans douleurs ni peurs. Et pour vous? Comment ça se passe? Combien de menstruations avez-vous vécu jusque là? Et comment les vivez-vous?

📍En ligne ou au cabinet, je propose de vous accompagner si jamais vous en ressentez le besoin. Promis ça sera plus facile que de chercher toute seule comme je l’ai fait.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Non classé

Le stress VS le cycle menstruel

1B880856-9381-4FA8-AE14-4DECC47341F1

Savez-vous que le stress affecte votre cycle menstruel naturel?

Oui, le stress impacte directement l’hypothalamus (précieuse glande cérébrale qui commande la symphonie de toutes nos hormones) qui réagit en diminuant son signal d’activation au niveau de l’hypophyse (chef d’orchestre de la symphonie hormonale), qui à son tour diminue son action sur les ovaires qui se retrouvent comme sous-stimulés, ce qui induit de moindres chances d’ovuler et d’avoir de fait un cycle menstruel régulier. C’est pourquoi un traumatisme psychologique ou un stress aigu intense peut impacter le cycle menstruel momentanément par exemple. Ainsi, le cycle menstruel revient à l’état d’équilibre quand le sytème nerveux fait de même et cela peut prendre plusieurs cycles après l’événement marquant puisqu’il faut compter 3 mois de la folliculogenèse à l’ovulation pour la maturation d’un ovule.

Mais dans le cas d’un stress qui devient chronique, c’est tout l’axe hypothalomo-hypophyso-surrénalien qui peut se dérégler par une production constante de cortisol qui épuisent les glandes surrénales et entraîne par là-même : fatigue, anxiété, insomnie, baisse de l’immunité, SPM, règles irrégulières et cycles anovulatoires…

C’est pourquoi un mode de vie dans lequel la joie, le repos et la relaxation tout comme un apport en nutriments adéquat sont au rendez-vous n’est pas un luxe pour vos hormones mais une nécessité quand il est question de santé.

Alors prenez soin de vous, vos hormones vous remercieront 🌼

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Non classé

La comparaison est un poison

618CB885-C02F-415D-80AF-80F297007503

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un poison émotionnel qui peut infuser nos pensées quand nous avons cru que pour nous sentir en sécurité et aimés il fallait que nous soyons plus que ce que nous sommes déjà. Quel est ce poison? La COMPARAISON 👺. Le reconnaissez-vous? Vous savez, ce pique au cœur qui nous fait sentir comme une 💩 quand nous croyons que notre valeur dépend de nos capacités ou de notre apparence. Alors qu’en fait, quand nous voyons chez l’autre, que nous pensons mieux que nous, la preuve douloureuse que nous ne sommes pas assez bien/beau/belle/doué(e)/heureu(x)se/lumineu(x)se/intelligent(e)…etc pour être bien avec nous-mêmes, c’est que nous avons une croyance erronée sur notre valeur. En effet, tout le monde a le droit d’être content d’être soi-même, peut importe son corps ou ses capacités. Croyez-vous qu’une personne née sans bras ou sans voix n’a pas le droit d’être bien avec elle-même? Toute expression de la vie est précieuse et magnifique en soi. Et quoi qu’essaie de nous faire croire la publicité, les magazines ou le matérialisme: être beau/riche/connu n’est pas la réponse ultime au bonheur sur terre. Non, ce n’est pas en étant ou en ayant plus que nous aurons le droit de nous aimer enfin et d’être heureu(x)ses. C’est en prenant conscience de ce qui nous a fait croire tout ça. Quel est le vécu qui a forgé cette croyance de n’être pas assez? Peut-être est-ce un parent qui avait déjà cette blessure, ce qui inconsciemment nous a construit(e)s. Ou peut-être était-ce jugé comme honteux ou prétentieux de s’aimer pleinement dans l’environnement familial. Ou bien que des mots ou des événements blessants ont été compris enfant comme étant de notre faute. Ou encore un environnement familial exigeant. Quoi qu’ait forgé cette croyance sur nous-mêmes, si nous n’en prenons pas conscience, la douleur frappera toujours à la porte avant d’être pleinement accueillie, comme une leçon que la vie nous répète jusqu’à ce qu’elle soit comprise. Nous sommes déjà parfait(e)s, c’est juste notre regard qui nous trompe quand nos blessures émotionnelles déforment la réalité. Et vous, que vous apprennent vos douloureuses comparaisons?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Non classé

Gestion naturelle de la fertilité 🌸

03E33E59-8657-46CE-9B7B-AC5E664C639D.jpeg

Vous êtes une femme et aimeriez apprendre davantage sur vos cycles et votre fertilité ? Vous êtes curieuse, motivée et désireuse d’apprendre à observer vos signes corporels de fertilité ? Vous cherchez un moyen de contraception efficace et naturel ou vous êtes en projet de grossesse et aimeriez connaître vos jours les plus fertiles? La consultation en gestion naturelle de la fertilité au cabinet ou via Skype permet de répondre à tous ces besoins ou projets cités plus haut. N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil sur l’onglet correspondant du site (https://chacunsasante.com/gestion-naturelle-de-la-fertilite/) ou même sur le site officiel de la méthode (sympto.org).

Prenez soin de vous mesdames, votre corps est à vous et il est précieux 🌸.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Non classé

Le lézard, Yoga #18

0F64CC80-7A91-454D-99FF-BF4395F219C8

Yoga du jour : posture du lézard ou Utthan Pristhâsana en sanskrit. Une posture exigeante qui ouvre les hanches et étire tout le dos. Elle renforce aussi les abdominaux et stimule la digestion. En tant que débutant on peut très bien la réaliser sans poser les avant-bras mais en s’appuyant plutôt sur les mains. Le tout comme toujours en prenant soin de l’alignement du dos.

Prenez soin de vous et passez un doux week-end.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie