Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Non classé

Le stress VS le cycle menstruel

1B880856-9381-4FA8-AE14-4DECC47341F1

Savez-vous que le stress affecte votre cycle menstruel naturel?

Oui, le stress impacte directement l’hypothalamus (précieuse glande cérébrale qui commande la symphonie de toutes nos hormones) qui réagit en diminuant son signal d’activation au niveau de l’hypophyse (chef d’orchestre de la symphonie hormonale), qui à son tour diminue son action sur les ovaires qui se retrouvent comme sous-stimulés, ce qui induit de moindres chances d’ovuler et d’avoir de fait un cycle menstruel régulier. C’est pourquoi un traumatisme psychologique ou un stress aigu intense peut impacter le cycle menstruel momentanément par exemple. Ainsi, le cycle menstruel revient à l’état d’équilibre quand le sytème nerveux fait de même et cela peut prendre plusieurs cycles après l’événement marquant puisqu’il faut compter 3 mois de la folliculogenèse à l’ovulation pour la maturation d’un ovule.

Mais dans le cas d’un stress qui devient chronique, c’est tout l’axe hypothalomo-hypophyso-surrénalien qui peut se dérégler par une production constante de cortisol qui épuisent les glandes surrénales et entraîne par là-même : fatigue, anxiété, insomnie, baisse de l’immunité, SPM, règles irrégulières et cycles anovulatoires…

C’est pourquoi un mode de vie dans lequel la joie, le repos et la relaxation tout comme un apport en nutriments adéquat sont au rendez-vous n’est pas un luxe pour vos hormones mais une nécessité quand il est question de santé.

Alors prenez soin de vous, vos hormones vous remercieront 🌼

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Les règles, sujet tabou?

AD733E98-7882-433F-BA66-770ECC249B73.jpeg

Aujourd’hui je vous parle de règles. Ce phénomène physiologique naturel de l’homéostasie féminine encore si tabou ou même méprisé dans notre société actuelle. Les règles sont le marqueur de notre équilibre général à nous les femmes. Elles marquent le début du cycle hormonal, utérin et ovarien. Qui dit règles dit phase folliculaire, ovulation et phase lutéale : un cycle naturel au complet. Tout autre saignement qui ne suit pas ce cycle naturel au complet n’est pas le fait des règles. Il y a les saignements inter-menstruels dans le cas de perte de sang à l’ovulation ou résultant d’un cycle anovulatoire. Une façon pour notre corps de nous communiquer que l’équilibre physiologique est mis à mal en vue de nous aider à opérer des changements vitalogènes pour nous. Mais il y a aussi les saignements de privation qui sont le résultat de l’arrêt provisoire de la pilule. Quand vous êtes sous hormones de synthèse, vous n’avez pas de cycle féminin, vous n’avez pas d’ovulation, vous ne produisez pas vos hormones naturelles au niveau des ovaires, aka vous n’avez pas de règles.
Aussi, le sang des règles n’est ni impur ni sale. Rappelez-vous que c’est le sang que votre corps a prévu pour nourrir la vie d’un embryon. C’est un sang extrêmement riche en nutriments et cellules-souches et les chercheurs y voient des potentialités thérapeutiques. Notre sang des règles n’est pas sale, il est source de vie.
Enfin, je vous encourage à questionner votre rapport à vos règles et votre corps de femme. Comment vivez-vous vos cycles? Souhaitez-vous apprendre à écouter ce que votre corps vous dit pour cerner les habitudes ou pans de votre vie qui méritent votre attention? Avez-vous à cœur de participer à l’empuissancement des femmes par l’éducation, la réappropriation et la valorisation du cycle féminin? Comment voulez-vous que nos filles et garçons voient ce phénomène naturel? Quelle société voulez-vous encourager?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Nutrition végane, Recette

Assiette végane et saine & créativité

BB8C6D9E-A478-450F-A83F-FD3D7DCD9451.jpeg

Quand on mange vegan et qu’on fait la part belle aux légumes, aux fruits et aux grains complets et légumineuses dans leur diversité, il est vrai que ça demande une pincée de créativité. Or, nous ne sommes pas toujours préparés pour. La peur de rater ou un manque de confiance peut vite faire abandonner. Pourtant, c’est aussi un très bon moyen de découvrir de nouvelles saveurs préférées tout autant que d’exercer son cerveau à rester vif et non sclérosé par l’habitude. Je travaille à vous faire une fiche mémo pour vous donner une base pour vous lancer, ça vous plaît? 

Sur la photo, vous pouvez voir un exemple de ma créativité de tous les jours en cuisine : pêche et betterave fraiches vapeur accompagnées de pois chiches et d’amarante, le tout assaisonné d’une vinaigrette maison à base d’huile d’olive, échalote et vinaigre balsamique. Servi avec quelques feuilles de menthe du jardin et d’une pincée de sel d’Himalaya. Ça fait mouche pas vrai? Pourtant, c’est juste des ingrédients qui étaient à ma disposition, mon envie du moment et imagination ont fait le reste. Et après dégustation, je me suis dit qu’avec des petits pois ça aurait été encore meilleur. Chouette, j’apprends à marier les saveurs qui me plaisent avec l’expérience! 

Et vous, ça vous dirait de créer vos assiettes véganes et saines vous-mêmes? Et si après, on partageait nos créations dans un groupe privé sur la page Facebook Chacun sa Santé? Qu’en dites-vous? En tout cas, la fiche mémo arrive bientôt !

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Nutrition végane

Nutrition végane : le zinc

57218E0B-5742-44D4-BAE8-36D68DB08CB9.jpeg

Nutriment essentiel qui permet l’activation d’un très grand nombre d’enzymes, au top de l’action anti-inflammatoire, antioxydant majeur et primordial pour la fertilité : je vous présente le zinc. Quand on mange vegan, on a de toute part la question des protéines incessante et parfois celle du zinc de la part de fins experts en nutrition. Je tiens donc à rassurer, étude à l’appui, toutes celles et ceux qui se posent bcp de questions. Une étude de 2013 sur le zinc et l’alimentation végétale a mis en évidence qu’en dépit des différences d’apport en zinc, les végé avaient le même taux sérique que les non-végé et pas plus de risques de déficiences quand bien même le zinc de la chair animale soit plus assimilable que celui de source végétale du fait des phytates. L’étude a découvert que le corps, si merveilleux soit-il, s’adapte en augmentant son absorption de zinc et en diminuant son excrétion malgré qu’il y ait moins de zinc assimilable que dans la chair animale. De plus, l’étude fait part de différentes manières de rendre le zinc végétal plus assimilable en diminuant l’effet inhibiteur des phytates : trempage, cuisson, germination, fermentation, levain. Enfin, elle conclut qu’une alimentation végétale bien menée apporte la dose adéquate de zinc. Pour nous les vegans, les bonnes sources végétales de zinc sont les céréales complètes, les légumineuses, les noix et les graines, le tofu et le tempeh. La graine de courge en est très riche et le beurre de cacahuète en contient bcp aussi (miam 🤤) 👍. Ce que nous pouvons retenir de cette étude par exemple: privilégier le pain intégral ou complet au levain ou au moins avec de la levure, tremper ses noix et ses graines ou les toaster, découvrir pourquoi pas les graines germées et surtout se détendre face aux jugements réprobateurs ou aux peurs qui peuvent nuire à l’équilibre émotionnel des empathes parmi nous (dont je fais partie, coucou la tribu! 👋).
Prenez soin de vous et rappelez-vous : chacun sa santé!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Source : Zinc and vegetarian diets
Angela V Saunders, Winston J Craig and Surinder K Baines
Med J Aust 2013; 199 (4): S17-S21. || doi: 10.5694/mja11.11493

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

SOPK : pas d’ovulation, trop d’androgènes

Processed with MOLDIV

Je vous parle souvent du fait que l’ovulation est un signe d’équilibre de santé chez la femme réglée tout en sachant qu’un cycle anovulatoire occasionnel ou plusieurs chez la jeune fille ne doivent pas inquiéter outre-mesure. En revanche, l’absence chronique d’ovulation engendre non seulement des cycles irréguliers mais aussi un déséquilibre hormonal préjudiciable pour la santé de la femme réglée qui peut prendre la forme du Syndrome des Ovaires Polykystiques par exemple. Qu’est-ce donc que cela? C’est un groupe de symptômes qui associent la présence chronique de cycles anovulatoires avec un excès d’androgènes (hirsutisme, acné, alopécie/perte de cheveux). Aujourd’hui, environ 10% des femmes ont un diagnostic du SOPK et sont orientées vers la pilule ou des médicaments anti-androgènes qui ont leur lot d’effets secondaires non sans conséquences pour la santé globale de la femme. Pourtant en cherchant la cause du manque d’ovulation et de l’excès d’androgènes, une autre approche est possible. Observer son cycle avec la Symptothermie permet déjà de voir s’il y a ovulation ou non. Ensuite un bilan naturopathique peut permettre de cerner la cause du SOPK diagnostiqué: résistance à l’insuline? Arrêt de la pilule? Inflammation chronique de bas grade? Taux élevé de DHEA et non de testostérone?. Autant de questions auxquelles il tient lieu de répondre afin de convenir de la façon la plus appropriée de prendre soin de soi quand ce diagnostic a été posé. En effet, une résistance à l’insuline n’indique pas la même source de déséquilibre qu’un taux trop élevé de DHEA et les conseils d’hygiène de vie ciblés ne seront alors pas les mêmes pour soutenir le retour à l’équilibre de santé. 

Toutes les femmes méritent de comprendre leurs corps, pas vrai? Prenez soin de vous et rappelez-vous, chacun sa santé!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Mémo aliment santé

La vérité sur le soja : les isoflavones ne sont pas des œstrogènes

0A8547DC-EB56-4326-AC8D-067F189A8FA1.jpeg

Les isoflavones du soja sont souvent appelées ou décrites comme “phyto-œstrogènes”, or les isoflavones ne sont clairement pas des œstrogènes. Pour commencer, les œstrogènes sont des hormones stéroïdes qui appartiennent au règne animal alors que les isoflavones sont des polyphénols qui appartiennent au règne végétal. Les œstrogènes, en tant qu’hormones, fonctionnent comme une clé qui ne peut avoir un effet sur nos cellules que s’il y a présence d’un récepteur qui fait office de serrure. Il y a 2 types de récepteurs pour les œstrogènes : les ER α et les ER ß selon les endroits du corps sensibles à cette hormone. Les œstrogènes ont un effet sur tous ces récepteurs qui lui sont dédiés alors que les isoflavones ont une affinité plus particulière avec les ER ß et induisent seulement quelques effets parfois similaires ou parfois opposés aux œstrogènes! C’est pourquoi les scientifiques les appellent des SERM car ils ont des effets sélectifs sur les récepteurs à œstrogènes, ils ont une action modulatrice sur les œstrogènes endogènes déjà présents dans le corps. Ce ne sont pas des œstrogènes qui peuvent s’ajouter aux vôtres comme avec la pilule, ce sont des modulateurs. Quels impacts ont-ils sur notre corps comparés aux œstrogènes? Les isoflavones réduisent la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur mais n’augmentent pas le risque de cancer de l’utérus contrairement aux œstrogènes. Les isoflavones améliorent la santé cardiovasculaire sans augmenter le taux de triglycérides et peuvent même le diminuer contrairement aux œstrogènes. Les isoflavones n’augmentent pas les risques du cancer du sein et peuvent même réduire le risque s’ils sont consommés dès l’enfance et réduisent les risques de récurrence pour celles qui ont déjà eu un cancer du sein. En somme, nous ne pouvons pas assimiler les isoflavones aux œstrogènes, ce sont deux choses différentes. Les isoflavones du soja ont indéniablement des effets bénéfiques sur la santé et les populations asiatiques qui en mangent quotidiennement 3 portions par jour ne sont ni des hommes avec des seins, ni des femmes stériles et cancéreuses. Au contraire, ces populations ont moins de cancers du sein, de l’utérus et de la prostate et le lien avec la consommation d’isoflavones du soja a été scientifiquement prouvé.

Prenez soin de vous, n’ayez plus peur de manger du soja bio et sans OGM  (sauf si vous y êtes allergique bien entendu).

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Sources :

– Fazlul H. Sarkar, Yiwei Li. Mechanisms of Cancer Chemoprevention by Soy Isoflavone Genistein, December 2002, Volume 21, issue 3-4, pp265–280.

– Messina M, Nagata C, Wu AH. Estimated Asian adult soy protein and isoflavones intakes, Nutr Cancer 2006;55:1–22.

– Messina Virginia, MPH, RD. Vegan for Her, published by Da Capo Press, 2013.

Gestion naturelle de la fertilité féminine

Atelier jeunes filles sur le cycle féminin 🌸

Processed with MOLDIV

Ce matin j’ai animé un atelier jeunes filles sur le cycle féminin au centre social du Vieux-Condé. Un moment d’éducation et d’échange autour des spécificités du corps de la jeune fille et/ou femme réglée et fertile. Je remercie chaleureusement Esma d’avoir pensé à moi pour cette animation. Transmettre les connaissances sur ce thème me ravit profondément, je me sens à ma place. Avec guidance, schéma et paillettes à l’appui, les jeunes filles ont su mettre en scène le cycle féminin de manière ludique, pratique, concrète et créative pour apprendre par le corps et le jeu le fonctionnement physiologique qui les traverse chaque mois. Au top!
N’hesitez pas à me solliciter pour ce genre d’animation en collectivité ou même en moon lodge, cercle de femme, accompagnement pour jeunes filles nouvellement réglées… Je répondrai présente avec joie, dévouement et pédagogie ludique!

Margot-Hélène Piquenot Naturo et Sympto