Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

Douleurs de règles?

6CD10337-38B0-4593-A4CF-E32E87C2C747.png

Quand le cycle menstruel n’est pas muselé par des hormones de synthèse et qu’on lui donne ainsi la possibilité de suivre son cours naturellement, c’est en réalité un allié précieux car le corps nous communique ainsi l’état de notre santé globale. Observer ses cycles et comprendre sa physiologie permet en effet d’accueillir tous les signaux que le corps nous envoie comme autant d’indices dans sa difficulté ou non à instaurer l’équilibre en nous. Notre corps est en adaptation permanente, en physiologie, on nomme cette aptitude vitale “homéostasie”. De fait pour faire s’épanouir la vie, notre équilibre de santé, il travaille sans cesse à faire avec ou malgré ce que nous mangeons, pensons, buvons, faisons. Et, loin de fonctionner en systèmes organiques séparés, tout communique et tout est connecté en nous. Ainsi, des douleurs de règles peuvent avoir pour origine une dominance en œstrogènes par l’absence d’ovulation ou non du fait d’un système nerveux épuisé ou en mode survie (sécrétion chronique de cortisol) ou bien du fait d’une thyroïde en sous-régime ou encore à cause d’un manque d’apport adéquat en nutriments pour ne citer que ces exemples. C’est pourquoi, quand il est question d’équilibre du cycle menstruel, il est question d’équilibre global. La question à vous poser avant tout c’est : Êtes-vous prêt(e) à vous écouter ou préférez-vous ne pas vous remettre en question et faire taire votre corps? Si vous avez répondu oui, la naturopathie peut vous aider à découvrir ce qui aide VOTRE corps à favoriser la santé et la paix de vos règles.
Prenez soin de vous et rappelez-vous: chacun sa santé 🌸
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Sensibilité émotionnelle, un défaut?

74136773-4831-4960-9ADD-BA6C327DE040.jpeg

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de sensibilité émotionnelle, un trait si souvent associé au féminin et plus encore dévalorisé si ce n’est méprisé. Pourtant les émotions sont l’affaire de tous et les dénigrer ne les fait pas disparaître, pas plus que nier la fatigue ne la fait s’envoler. Je vous parle souvent d’accueillir les émotions pour avancer mais encore faudrait-il pour cela accepter d’avoir des émotions. Si vous êtes un homme qui a entendu petit garçon que pleurer est pour les “chochottes” ou les filles, si vous êtes une femme à qui l’entourage a répété dans l’enfance “tu es trop sensible”, si vous avez grandi pensant que vos émotions étaient un poids : il y a de fortes chances pour que vous viviez mal vos émotions pensant que vous avez quelque chose qui cloche. Or comme on peut apprendre à compter et rationnaliser, on peut aussi apprendre à vivre ses émotions sans honte et sans drame. C’est ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle, une compétence encore peu mise en lumière dans notre société il faut bien l’avouer. Pourtant aujourd’hui, des livres sur l’hypersensibilité fleurissent et se vendent bien. C’est bien que le sujet des émotions répond à un besoin qui nous réunit bien plus qu’on ne le pense. Ce que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui, c’est que vous avez le droit d’avoir des émotions, même sans étiquette d’hypersensible ou autre. Votre histoire et vos blessures sont légitimes, peu importe qui vous êtes, vous avez le droit à une oreille attentive, des bras réconfortants et un regard bienveillant. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, espérer ne pas se sentir blessé ou chamboulé en chemin est illusoire. Et si vos émotions pouvaient vous apprendre quelque chose? Quand votre regard change et que vous n’allez plus contre vous-même, vous vous donnez la possibilité de goûter la vie plus pleinement et de faire des choix qui vous ouvriront de nouveaux horizons.
Prenez soin de vous, ne voyez plus la sensibilité comme un défaut mais un trait qui fait de vous quelqu’un de pleinement vivant tout simplement.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Non classé

La comparaison est un poison

618CB885-C02F-415D-80AF-80F297007503

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un poison émotionnel qui peut infuser nos pensées quand nous avons cru que pour nous sentir en sécurité et aimés il fallait que nous soyons plus que ce que nous sommes déjà. Quel est ce poison? La COMPARAISON 👺. Le reconnaissez-vous? Vous savez, ce pique au cœur qui nous fait sentir comme une 💩 quand nous croyons que notre valeur dépend de nos capacités ou de notre apparence. Alors qu’en fait, quand nous voyons chez l’autre, que nous pensons mieux que nous, la preuve douloureuse que nous ne sommes pas assez bien/beau/belle/doué(e)/heureu(x)se/lumineu(x)se/intelligent(e)…etc pour être bien avec nous-mêmes, c’est que nous avons une croyance erronée sur notre valeur. En effet, tout le monde a le droit d’être content d’être soi-même, peut importe son corps ou ses capacités. Croyez-vous qu’une personne née sans bras ou sans voix n’a pas le droit d’être bien avec elle-même? Toute expression de la vie est précieuse et magnifique en soi. Et quoi qu’essaie de nous faire croire la publicité, les magazines ou le matérialisme: être beau/riche/connu n’est pas la réponse ultime au bonheur sur terre. Non, ce n’est pas en étant ou en ayant plus que nous aurons le droit de nous aimer enfin et d’être heureu(x)ses. C’est en prenant conscience de ce qui nous a fait croire tout ça. Quel est le vécu qui a forgé cette croyance de n’être pas assez? Peut-être est-ce un parent qui avait déjà cette blessure, ce qui inconsciemment nous a construit(e)s. Ou peut-être était-ce jugé comme honteux ou prétentieux de s’aimer pleinement dans l’environnement familial. Ou bien que des mots ou des événements blessants ont été compris enfant comme étant de notre faute. Ou encore un environnement familial exigeant. Quoi qu’ait forgé cette croyance sur nous-mêmes, si nous n’en prenons pas conscience, la douleur frappera toujours à la porte avant d’être pleinement accueillie, comme une leçon que la vie nous répète jusqu’à ce qu’elle soit comprise. Nous sommes déjà parfait(e)s, c’est juste notre regard qui nous trompe quand nos blessures émotionnelles déforment la réalité. Et vous, que vous apprennent vos douloureuses comparaisons?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Ne fuyez plus vos émotions

 

036641E0-07BC-4B70-90BD-79124E90B3D4

Deuils, souvenirs d’enfance douloureux ou traumatisants, accidents, ruptures, maladies graves, rejet familial, licenciement, précarité… Autant de vécus qui génèrent leurs lots d’émotions difficiles. Les accueillir peut sembler insurmontable, il y a souvent la peur du jugement extérieur d’abord mais aussi l’angoisse de perdre tout contrôle. Dans une culture où seule la performance est adulée, pleurer ou s’effondrer ne fait pas briller en société il est vrai. Alors que contrôler, maîtriser, commander, orchestrer peut donner un sentiment de puissance et de fierté, il est illusoire de croire que c’est la solution pour vivre ses émotions. Non, les émotions ne se contrôlent pas, elles s’accueillent. Cela demande certes de se sentir assez en sécurité pour s’abandonner à sa météo intérieure avec humilité, c’est-à-dire moins dans sa tête et davantage dans son cœur. Accueillir ses émotions c’est embrasser pleinement la personne que l’on est et non rejeter sa vulnérabilité ou des parts de nous-mêmes qui nous semblent peu aimables. Nous sommes tous des êtres d’émotions au fond, nous avons tous notre lot de peurs, de peines ou de chagrins sur notre chemin. Vous n’avez au fond pas vraiment à apprendre à vous aimer mais plutôt à vous rappeler qu’à votre premier souffle vous étiez déjà assez pour mériter d’être complètement aimé(e).
Sachez qu’au cabinet ou via Skype, je peux vous accompagner dans l’accueil de vos émotions si vous en ressentez le besoin. Enfin, comme le dit si bien le chercheur en psychologie Ilios Kotsou “à grande peur : grand courage, pas de peur : pas de courage”. Prenez soin de vous, soyez courageu(x)se, embrassez votre vulnérabilité.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Gestion des émotions, Moment pour soi

Non aux régimes 🤟

F23FBCC6-ECDD-4447-94DB-7DE3950F8355

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de régimes et pourquoi je ne les cautionne pas pour trouver poids santé et confiance en soi. C’est bientôt l’été et ce mot fleurit sur tous les magazines et publicités destinés principalement aux femmes. Dans une société dictée par l’image, je ne peux que comprendre que le rapport à son corps soit souvent lié à l’estime de soi. C’est un sujet délicat et intriqué de manière personnelle dans l’histoire de chacun(e). Le rapport à la nourriture est intimement relié à l’émotionnel et l’affectif. Sinon la Madeleine de Proust n’existerait pas et nous n’aurions pas de plats préférés que seuls maman, papa ou mamie ont le secret pour nous régaler pas vrai? Mais on peut s’aimer ou se détester au travers de la nourriture et l’image qu’on a de son corps. Les régimes pour moi sont une forme de punition, ce n’est pas s’aimer ou apprendre à mieux manger mais se priver et attendre de son corps qu’il se plie à l’exigence du moment sans écouter sa faim et ses besoins. Et après? Sachez qu’on peut davantage s’aimer tout au long de l’année en se cuisinant des bons petits plats sains maison, en redécouvrant les légumes de saison, en se confectionnant des goûters gourmands et sains à base de fruits et surtout en arrêtant d’acheter industriel et en mangeant vrai, c’est-à-dire des produits bruts, complets et végétaux en majorité et tout ça sans se soucier des calories mais bien plus de la qualité de ce que vous mangez : moins de sucre, plus de fruits, moins de soda, plus d’eau ou infusion, moins de pain blanc, plus de pain complet au levain, moins de fromages, plus de houmous, tapenade ou guacamole, moins de viandes, plus de légumineuses et de noix…Et surtout cultiver un esprit d’exploration et d’émerveillement dans la cuisine et de patience et de bienveillance envers son corps et son chemin. S’aimer c’est aussi s’écouter et apprendre à faire les bons choix pour soi qui nourrissent sur tous les plans. Savoir reconnaître quand on est stressé(e) ou fatigué(e) pour mieux s’autoriser la recharge ou le repos et savoir marcher ou danser par joie et non par devoir est aussi important que l’assiette. Prenez soin de vous: ne mangez pas moins, mangez vrai!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Ressentir pour mieux s’en sortir 💙

B5375600-8728-49D3-A5ED-C0F0C55468B5

Saviez-vous que le mot émotion vient du latin « motio » qui signifie « mouvement »? Les émotions, de nature, circulent en nous comme les nuages dans le ciel pour peu que nous ne les bloquions pas par peur de les vivre et d’en souffrir. C’est normal d’avoir peur, c’est compréhensible de ne pas vouloir souffrir, mais en fuyant ou bloquant nos émotions difficiles à vivre c’est malheureusement notre simple joie de vivre que nous empêchons d’émerger aussi. Nous ne pouvons contrôler tous les événements qui parcourent notre chemin de vie, ni la manière dont ils nous atteignent. Mais nous pouvons nous accueillir les bras et le cœur ouverts dans tous nos émois qu’ils soient détresse, angoisse, tristesse, perte de sens ou de repère. Comment? En nous laissant vivre ce qu’il se passe en nous, et ce quand bien même il nous arriverait de nous juger ou de vouloir contrôler, jugeons-nous ou admettons notre besoin de contrôle alors, reconnaissons que nous le faisons. Car bien souvent c’est lorsque nous cessons de nier nos durs hivers intérieurs que l’élan de vie du printemps peut enfin prendre racine en nous.

Alors aujourd’hui en guise de conseil d’équilibre de santé, je vous souhaite de vous autoriser à ressentir ce qu’il se passe en vous pour que vos forces de vie puissent pleinement fleurir.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Moment pour soi, Yoga

Le sport pour la santé c’est bien mais adapté à soi c’est mieux!

DAF96FAA-25A9-40DB-A034-52976A714F4FJe vous rappelle souvent que l’activité physique fait partie intégrante d’une hygiène de vie qui favorise l’équilibre de la santé globale. Mais aujourd’hui je voudrais aussi vous dire que trop de sport ou aller contre soi et son corps n’est pas bon non plus. En effet, trop de sport ou aller au delà de ses limites fait monter le taux de cortisol au même titre qu’un stress latent qui perdure. Le cortisol, qu’on appelle communément l’hormone du stress, nous sert à l’origine quand nous faisons face à un danger de mort imminente (pourchassé(e) par un animal carnivore ou attaqué(e) par quelqu’un) pour nous permettre de puiser dans toutes nos ressources et combattre ou fuir de la manière la plus efficace possible pour survivre. Or elle est censée cesser son activité quand on est enfin loin du danger et laisser place à la recharge et la régénération. Le problème aujourd’hui c’est que les sources de stress qui font monter le taux de cortisol sont nombreuses même sans être un danger de mort imminente. Et si le taux de cortisol ne baisse pas, cela peut engendrer l’épuisement du système nerveux, du système immunitaire, l’augmentation de la prise de masse graisseuse surtout autour de la taille et de l’inflammation de bas grade généralisée.
Quand je vous encourage à pratiquer une activité physique, je mets toujours l’accent sur le fait de vous écouter et faire ce qui vous met en joie et à votre rythme. Aujourd’hui je veux aussi vous encourager à vous écouter profondément et à vous autoriser à privilégier ce qui va amener plus de paix en vous, à relâcher la pression du quotidien. La sédentarité peut poser problème certes mais l’hyperactivité tout autant aussi! L’équilibre à construire se trouve dans l’écoute de vos besoins. Dormez si vous êtes épuisé(e), sortez marcher si vous sentez que ça peut vous ressourcer, dansez si le cœur vous en dit mais surtout soyez à l’écoute de ce qui se passe en vous et respectez votre énergie du moment sans jugement.
Tout est une question d’équilibre et d’adaptation à son état du moment présent.
Quittez les « je dois » pour les « j’ai besoin de ».
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Moment pour soi

Bain de Nature, soin scientifiquement prouvé 🌱

E199C377-7CFD-42F5-AE8F-1B863F74359B

Connaissez-vous les bienfaits de passer du temps dans la nature pour se ressourcer physiquement comme émotionnellement ?
L’université de Chiba au Japon a réalisé une étude qui prouve scientifiquement que passer du temps en forêt ou dans un milieu naturel permet de baisser la pression artérielle et le taux de cortisol (l’hormone du stress). D’ailleurs au Japon, les bains de forêt sont reconnus comme un outil de prévention de santé et même en curatif dans les cas de convalescence, burn-out ou dépression. Cette technique est appelée shinrin-yoku en japonais et nous la connaissons chez nous sous le terme sylvothérapie. Des chercheurs de l’école de médecine de Tokyo attribuent les bienfaits du contact avec la nature aux phytoncides, molécules aromatiques sécrétées par les végétaux.
Enfin, selon l’université du Kansas et de l’Utah aux États-Unis, contempler des paysages naturels loin des écrans et des to-do listes augmenterait notre créativité de 50%, pas mal non?
Alors aujourd’hui, en guise de conseil santé pour le corps, le cœur et l’esprit, je vous encourage à profiter du printemps pour plonger tous vos sens dans le bain de nature qui fait le plus sens pour vous.
Prenez soin de vous, n’oubliez pas de vous arrêter pour respirer ou admirer la beauté des saisons.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Moment pour soi

Technique d’ancrage 5*4*3*2*1

E98A56F9-BFF0-4B28-859F-0EE26630FF90

Parce que l’équilibre émotionnel et la gestion du stress fait partie de la santé globale de tou(te)s, aujourd’hui je vous partage une technique d’ancrage à utiliser en cas d’anxiété, de stress ou de difficultés à être dans le moment présent : la méthode 5 4 3 2 1.
Peu importe où vous vous trouvez, vous pouvez expérimenter cette technique pour vous recentrer. Et vous pouvez même la pratiquer comme un jeu avec vos enfants pour vous ancrer en famille au moment présent. Vous êtes prêt(e)s ?
– trouvez 5 choses qui vous entourent que vous pouvez regarder avec attention (vos pieds, le ciel, un arbre, une plante…),
– trouvez 4 éléments que vous pouvez toucher en conscience autour de vous (vos cheveux, votre pull, votre chat….),
– trouvez 3 sons que vous pouvez discerner autour de vous à écouter attentivement (votre respiration, le vent, la circulation routière…),
– trouvez 2 odeurs que vous pouvez ressentir pleinement autour de vous (un savon, votre assiette, une fleur, la peau d’un être aimé, votre parfum sur votre poignet…),
– trouvez 1 aliment que vous pouvez goûter en pleine conscience (1 carré de chocolat, un fruit sec ou frais…).
Alors? Que retirez-vous de ce retour en vous-mêmes?
Prenez soin de vous, ne laissez pas vos pensées vous couper de tout ce que votre corps peut vous offrir.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Moment pour soi

Que veux-tu vivre avant de mourir?

Processed with MOLDIV

Aujourd’hui j’ai envie de vous rappeler que ce que vous avez de plus précieux c’est VOTRE TEMPS. Nous ne sommes pas immortels, c’est ce qui donne toute sa valeur au temps qui nous est imparti. Il y a une étude qui a recueilli les dernières pensées de centaines de mourants et devinez quels étaient leurs plus grands regrets qui revenaient souvent : de ne pas avoir vécu comme j’ai voulu, d’avoir trop travailler, de ne pas avoir eu le courage d’être moi-même, de n’avoir fait que ce qu’on attendait de moi.
Alors aujourd’hui j’ai envie de vous demander quelle importance donnez-vous à votre vie? Vous êtes tellement précieux, vous avez votre place sur cette Terre et votre existence a un sens car il n’y en aura jamais deux comme vous.
Que voulez-vous VIVRE avant de mourir?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie