Conseil santé, Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine

Le cycle infradien

CAD58BA5-AAAB-4F85-B3D3-0ED4614F1431

🔄Saviez-vous que biologiquement la femme est rythmée par 2 cycles? Oui, le cycle circadien (jour/nuit) ET le cycle INFRADIEN.

❓Le cycle infradien?! C’est l’ensemble des processus biologiques qui s’opère pendant le cycle menstruel et qui va bien au-delà de l’utérus et des ovaires.

🔀Les variations hormonales en œstrogènes et progestérone ont aussi un impact sur…

🧠le cerveau,

🤒l’immunité,

🍽le métabolisme,

🆘et la réponse au stress!

🤯Ouf pas vrai? Mais le plus beau, c’est que ça peut être ultra positif quand on sait décrypter tout ça!

🔎Vous voulez en savoir plus? Dites-moi en commentaire si vous préfèrez que je développe sur le cerveau, l’immunité, le métabolisme ou la réponse au stress!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Non classé

Jusqu’à 500 menstruations environ dans une vie

B7CD5C3D-DAD7-448A-A386-BB2CB5E042FB

📍Quand on a un utérus, on vit chaque mois un événement qui rythme nos vies de la ménarche à la ménopause. Soit 30 à 40 années de notre vie, hors période de grossesse et d’allaitement.

📍Personnellement j’en suis déjà à une 220aine de saignements menstruels, soit 19 ans de ma vie sur 32. J’ai pris la pilule de mes 15 à 20 ans. Quand je l’ai arrêtée, j’ai souffert pendant longtemps de douleurs menstruelles intenses. Mais ça c’était avant.

📍Pourquoi je vous parle de ça? Parce qu’aujourd’hui, alors que les menstruations font partie intégrante de la vie et la santé de toutes celles et ceux qui ont un utérus, il manque encore cruellement de transmissions sur le sujet. Vous ne trouvez pas?

📍À mes 15 ans, quand on m’a prescrit la pilule, m’a-t-on éduquée sur l’importance d’ovuler pour l’équilibre hormonal global? M’a-t-on expliqué qu’on n’ovule pas sous pilule? M’a-t-on éclairée sur le fait que les saignements sous pilules ne sont pas des menstruations? M’a-t-on transmis alors que les « pertes blanches » filantes sont en fait un signe majeur de fertilité? M’a-t-on appris que la nutrition a un impact important sur mon cycle menstruel? NON. Et vous?!

📍Tout ça je l’ai appris en cherchant et en lisant beaucoup sur le sujet pendant des années. Est-ce normal? Aujourd’hui je peux être la personne dont j’avais alors besoin pour savoir comment soutenir mon cycle menstruel et connaître les spécificités de ma fertilité, alors je dis merci à mon ardente curiosité.

📍Il me reste encore pas mal de menstruations à vivre avant la ménopause et je n’ai pas encore d’enfant. Pour moi c’est fait, j’ai compris mon corps et je vis mon cycle sans douleurs ni peurs. Et pour vous? Comment ça se passe? Combien de menstruations avez-vous vécu jusque là? Et comment les vivez-vous?

📍En ligne ou au cabinet, je propose de vous accompagner si jamais vous en ressentez le besoin. Promis ça sera plus facile que de chercher toute seule comme je l’ai fait.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine

Plus de menstruations?

B4476EB5-703F-4CAB-9C7D-FA9FE13A121D

🚺Aujourd’hui focus sur un type d’aménorrhée (absence de menstruations), à savoir l’aménorrhée hypothalamique fonctionnelle.

❓C’est quoi ça? C’est quand le cerveau met le corps en mode survie par manque d’apport énergétique. Je vous avais déjà parlé de l’impact du stress post-traumatique ou chronique sur le cycle menstruel. Ici, il s’agit d’un stress dû à un déséquilibre nutritionnel.

🥑Oui, pour que le corps puisse ovuler et menstruer, il lui faut assez d’énergie. D’ailleurs saviez-vous qu’il nous faut au moins 22% d’adipocytes (masse graisseuse) pour se faire? Spoiler alert: nous avons besoin d’un peu de gras, car sinon la leptine (hormone de satiété) vient à manquer, met le corps en mode survie/famine et dérègle la thyroïde et le cycle.

🍴C’est pourquoi se restreindre de manger n’est jamais une bonne solution pour la santé et la vitalité. Au delà de l’IMC, ce qui est primordial, c’est le ratio entre l’apport et la dépense énergétiques. Manger assez de calories tout d’abord permet d’avoir assez d’énergie vitale. Mais manger assez de glucides dans l’apport calorique est tout aussi important pour que le corps puisse produire assez de LH (hormone lutéinisante) et donc ovuler.

🏃‍♀️Ainsi un trouble alimentaire, une activité sportive trop intense par rapport à l’apport énergétique ou même un régime avec trop peu ou carrément sans glucides peuvent avoir pour conséquence une aménorrhée hypothalamique fonctionnelle.

🙋‍♀️Ça vous est déjà arrivé de ne plus avoir de menstruations? Vous le saviez que manger à satiété avec assez de glucides sains était méga important pour un cycle menstruel et une fertilité en santé?

🚺Ça vous dit d’envoyer ch**r les régimes et d’apprendre plutôt à manger sain sans se priver et de favoriser ainsi l’énergie pour ovuler, menstruer, être en santé (et puis tout ce que vous voulez)?

🤝Si ce que je vous apprends vous plaît et que vous ressentez le besoin d’être accompagnée pour prendre soin de vous : en ligne ou au cabinet, je suis là pour vous!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Cycle féminin, Nutrition végane

Nutrition et Menstruations

06416FAB-987F-42A4-9D5C-0A2B8CE02BC1

🍽Aujourd’hui focus sur les macro-nutriments que sont les protéines, les acides gras et les glucides en faisant le lien avec le cycle féminin.

🥜On commence avec les protéines. Pourquoi on en a besoin pour l’équilibre du cycle menstruel? Tout simplement parce qu’elles servent à la fabrication des hormones. Le besoin quotidien se situe entre 0,8 à 1g par kg selon votre poids santé et votre activité. On trouve des protéines dans les produits animaux certes mais on en trouve aussi dans les noix et oléagineux (cacahuètes, amandes, chia, graines de courge…), dans les légumineuses (tempeh, pois chiches, lentilles, tofu, haricots…) et dans les céréales complètes (quinoa, sarrasin, amarante, blé, avoine, petit-épeautre…). Manger varié et à satiété permet de ne pas manquer de protéines (même sans produits animaux!).

🥑Les acides gras sont importants pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les hormones du cycle féminin sont fabriquées à partir de lipides. Ensuite parce que les omégas 3 sont des acides gras anti-inflammatoires nécessaires pour soutenir le cycle menstruel. Enfin parce les acides gras permettent de mieux assimiler certains nutriments dont la vitamine D (régulatrice hormonale). N’ayez pas peur des noix et oléagineux, source de protéines, d’acides gras et de nutriments essentiels pour le cycle menstruel comme le magnésium et le zinc.

🍠Passons aux glucides, principale source d’énergie si souvent mal jugée car regroupe tellement d’aliments disparates. Ici, je vous parle de glucides sains, c’est à dire non raffinés et bruts comme les céréales complètes, les légumes et les fruits entiers qui ne font pas le lit du diabète ou de la résistance à l’insuline délétères pour le cycle menstruel. Un bon apport en glucides sains est primordial pour le cycle féminin car ils soutiennent la thyroïde, calment le système nerveux et nourrissent le microbiote par leurs fibres. Une alimentation trop pauvre en glucides sains peut provoquer anxiété, insomnie, une thyroïde en sous-régime, constipation, excès d’œstrogènes et aménorrhée. Alors n’ayez pas peur de vous régaler de patate douce!

❓Vous avez des questions? J’y répondrai avec plaisir!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Cycle féminin

L’inflammation et le SPM

28A7072D-CF5F-48D1-BDBE-DCB7425CD004.jpeg

🔎Aujourd’hui focus sur l’inflammation chronique de bas grade en cause dans le Syndrome PréMenstruel (SPM).

❓C’est quoi le SPM? Ce sont tous les symptômes négatifs que vivent certaines avant l’arrivée des règles. Que ce soit des sautes d’humeur ou même de l’angoisse, des ballonnements, des maux de tête, des douleurs dans les seins, de l’insomnie, des grosse envies de junk food, de l’acné… Autant de signes d’un déséquilibre dans le cycle féminin qui sont largement évitables par une hygiène de vie adaptée.

🔥Le lien avec l’inflammation chronique de bas grade ? Tout simplement parce que c’est la condition parfaite pour provoquer le SPM. Comment? En entravant la production de progestérone et la sensibilité des récepteurs à progestérone et GABA d’abord (bjr système nerveux hypertendu). Mais aussi en perturbant l’élimination des œstrogènes et en rendant même les récepteurs hormonaux plus sensibles aux œstrogènes (bjr excès d’œstrogènes et déséquilibre hormonal). En bref, imagine un peu ta fluctuation hormonale en montagnes russes de l’enfer rongées par les termites plutôt qu’en douces vagues apaisantes devant un couché de soleil qui peint le ciel en couleurs tendres, ça te parle?

✅ Sache que c’est plus que possible de vivre l’arrivée des règles sans heurts au naturel sans opter radicalement pour la pilule qui éteint tes hormones. Ça demande de s’attarder sur ce que tu mets dans ton assiette. Es-tu prête à réduire les principaux aliments inflammatoires pour dire bye bye au SPM? Es-tu prête à prendre soin de toi?

🙏Si tu es motivée et que tu as besoin d’être accompagnée, n’hésite pas à me contacter!

🌸Prends soin de toi, ton corps te parle via ton cycle, apprends à l’écouter. D’ailleurs que te dit-il en ce moment? Comment vis-tu l’arrivée de tes règles?

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’inflammation chronique de bas grade et le cycle féminin

15F16D32-0A8D-41E1-B7FF-100AF8648469.jpeg

🔎Aujourd’hui focus sur un des piliers sur lequel se concentrer quand il s’agit de santé du cycle féminin : l’inflammation chronique de bas grade.

📌L’inflammation quoi?! L’inflammation chronique de bas grade est une sur-activation latente du système immunitaire qui, à l’inverse de l’inflammation aiguë, perdure dans le temps et perturbe le système hormonal.

⁉️Comment ça? Et bien en mettant à mal la communication entre les hormones du cycle féminin et les tissus cibles, tout simplement. De fait, les cytokines inflammatoires créées par le système immunitaire font que les ovaires sont moins sensibles à la FSH, entravant par là-même l’ovulation et la production de progestérone. De plus, elles bloquent les récepteurs hormonaux de progestérone et de la thyroïde et favorisent l’excès d’œstrogènes et de testostérone. Bonjour les dérèglements hormonaux, les cycles anovulatoires, les SOPK, les douleurs de règles…

⚠️Mais qu’est-ce qui provoque l’inflammation chronique de bas grade sinon? La cigarette, le stress, le manque d’exercice physique, le manque de sommeil, la dysbiose intestinale, les toxiques environnementaux et l’alimentation pro-inflammatoire. Tout ça, tout ça.

✅C’est pourquoi une alimentation anti-inflammatoire, un équilibre entre temps de travail et temps de repos, la pratique d’une activité physique régulière, un sommeil de qualité et ne pas fumer sont autant d’éléments importants à ne surtout pas négliger quand il s’agit de bien vivre son cycle.

🌸Prenez soin de vous, apprenez les fondamentaux du cycle féminin en santé à appliquer au quotidien. Et si vous avez besoin d’un coup de pouce, n’hésitez pas à me contacter.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Cycle féminin, Gestion naturelle de la fertilité féminine

La thyroïde et le cycle menstruel

1B38A50F-6877-4D6A-9AFF-9F5647F1CA1D.jpeg

🔬Aujourd’hui, faisons un focus sur le lien entre l’équilibre de la thyroïde et celui du cycle menstruel.

🦋La thyroïde fait partie du système endocrinien. C’est une glande qui, comme les ovaires ou les surrénales, sécrète des hormones sous la directive de l’hypophyse. Elle est située à la base du cou et joue un rôle prépondérant dans le métabolisme de base.

🚺Ok, mais quel est le lien avec le cycle féminin me direz-vous? Et bien sachez qu’un déséquilibre thyroïdien peut être à l’origine de problèmes tels des cycles irréguliers, trop longs ou trop abondants, des fausses-couches à répétition allant jusqu’à l’infertilité. De même, sachez que la progestérone produite après l’ovulation soutient la thyroïde. Ainsi, l’équilibre hormonal est à appréhender dans son ensemble.

⚠️Si l’iode est un nutriment important pour le fonctionnement de la thyroïde, il lui est dangereux en excès. D’autant plus si l’apport en sélénium n’est pas adéquat. N’hésitez pas à consulter votre naturo préféré(e) à ce sujet, ne vous supplémentez pas à l’aveugle.

✅En plus de l’alimentation, sachez que le manque de sommeil, le stress intense ou chronique ainsi que la qualité de la muqueuse intestinale sont autant de facteurs qui influencent l’équilibre de la thyroïde (et de fait le cycle menstruel et la fertilité féminine).

💙Prenez soin de vous, apprenez comment tout est lié quand il s’agit de bien vivre ses règles et sa fertilité.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’excès d’oestrogènes

06B05123-E575-4B3D-9A08-BFD09BFF99F8.jpeg

📌Focus sur l’excès d’œstrogènes :

🔬Les œstrogènes sont des hormones sexuelles plus présentes chez la femme pour laquelle elles jouent un rôle santé prépondérant dans ses années fertiles.

💃La femme bénéficie d’un juste équilibre en œstrogènes car cela stimule son humeur, permet l’ovulation, prévient de la résistance à l’insuline et tonifie sa peau et ses cheveux. En revanche, un excès d’œstrogènes engendre un déséquilibre hormonal loin du bénéfice.

🚶‍♀️Des symptômes comme des règles trop abondantes, le syndrome prémenstruel avec une anxiété accrue et des insomnies, des tensions dans les seins ou même des fibromes peuvent avoir pour cause l’excès d’œstrogènes.

🙅‍♀️Un excès d’œstrogènes peut résulter soit d’un manque de progestérone, soit d’une métabolisation des œstrogènes mise à mal, soit d’une hypersensibilité aux œstrogènes.

🧻Physiologiquement, les œstrogènes qui ont joué leur rôle santé sont ensuite inactivés par le foie puis éliminés par les intestins grâce au microbiote. C’est la métabolisation des œstrogènes. Pour ce faire, notre foie a besoin que nous lui apportions des nutriments tels les vitamines B6, B9, B12 ainsi que le zinc, le sélénium et le magnésium. De même, notre foie pâtit de notre consommation d’alcool ou de notre exposition à des perturbateurs endocriniens (à savoir: même 1 verre/jour favorise l’excès d’œstrogènes). Passée cette étape, place au microbiote dont les bactéries santé escortent les œstrogènes indésirables vers la sortie (💩). Mais si le microbiote est en déséquilibre (dysbiose) ou s’il y a constipation chronique, les œstrogènes sont alors réabsorbés via la circulation entéro-hépatique.

💁‍♀️Ainsi, pour éviter l’excès d’œstrogènes, il faut penser à une nutrition et une hygiène de vie adaptées qui favorisent la santé du foie, l’équilibre du microbiote et une production adéquate de progestérone.

❣️Prenez soin de vous, apprenez les secrets pour vivre vos règles en paix.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé

Prévention du cancer du sein 🎀

FF282314-B519-4026-9927-44C82BE4DD8D

🙋‍♀️En ce mois dédié à la prévention du cancer du sein, il m’apparaît important de consacrer un partage éducatif sur le sujet. Puisque la naturopathie est avant tout de l’éducation et de la prévention de santé, aujourd’hui je vous parle de ce qui favorise le risque de développer un cancer du sein et ce qui est à votre portée au quotidien pour réduire tous risques.

🧠Ce qui est important à comprendre en premier lieu, c’est que tout ce qui sous-tend l’excès d’œstrogènes favorise le développement de cellules cancéreuses au niveau des seins. Ainsi, même si vous avez fait un test d’ADN et que vous portez les gènes incriminés BRCA1 et 2, ayez conscience que c’est votre hygiène de vie qui aura le dernier mot quant à leur activation avant de choisir l’option radicale préventive de vous faire subir une ablation des seins comme Angelina Jolie. Rappelez-vous aussi l’importance de la progestérone naturelle produite après l’ovulation pour prévenir des cancers des organes féminins. Favoriser l’équilibre naturel du cycle menstruel, c’est aussi prévenir du cancer du sein.

⚠️Maintenant faisons un focus sur les facteurs de risque et ce qui est à votre portée pour les éviter :

– l’alcool : en plus d’augmenter les œstrogènes, de malmener la gestion de l’insuline et le foie, l’alcool vole certains nutriments essentiels pour aider le corps à lutter contre le cancer (vitamines B dont folate surtout, puis C et A). Réduire ou supprimer l’alcool est un choix à considérer.

– la prise de pilule : en empêchant votre ovulation naturelle, elle empêche la production de progestérone naturelle qui contrebalance les œstrogènes. La progestérone de synthèse ne protège pas du cancer du sein et la pilule favorise la dominance en œstrogènes. D’autres options comme le stérilet au cuivre ou la Symptothermie sont à considérer pour gérer votre fertilité.

– la surcharge pondérale : les cellules graisseuses favorisent la production d’œstrogènes et, de ce fait, augmente le risque d’excès d’œstrogènes et le développement de cellules cancéreuses. Favoriser un poids santé est à considérer pour éviter ce risque.

– les perturbateurs endocriniens : phtalates, bisphenol A, COV, parabènes, triclosan, nanoparticules… Autant de substances chimiques qui font la guerre à vos hormones que vous pouvez éviter en choisissant des cosmétiques bio à 100%, des produits ménagers écologiques, des aliments bio, de ne jamais rien chauffer dans du plastique, ni fumer.

– le manque de sommeil : la faible production de mélatonine (hormone du sommeil) augmente le risque de développer un cancer du sein. À l’inverse, avoir son quota de sommeil récupérateur augmente la production de mélatonine qui aide le corps à éliminer l’excès d’œstrogènes. La lumière bleue des écrans diminue la production de mélatonine et retarde l’endormissement. Bien dormir et dormir assez, c’est se donner la chance de prévenir moult troubles dont le cancer du sein.

– l’inactivité physique : son manque est associé au risque de développer le cancer du sein. Une activité physique régulière et adaptée permet de retrouver ou maintenir un poids santé en plus d’activer le foie et les intestins qui éliminent les œstrogènes en excès.

Enfin, je ne le vous dirai jamais assez, l’équilibre entre œstrogènes et progestérone naturels est le pilier de la santé hormonale et globale des femmes. Et comme une femme éduquée est une femme qui a plus de chance de vivre en santé, j’espère avoir contribué à vous éclairer.
Prenez soin de vous, découvrez les conditions de VOTRE santé 🌸.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’équilibre hormonal du cycle féminin ⚖️

2F85D524-1F8A-4BC9-B354-31B6840809A3

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet important quand il est question de santé du cycle féminin : l’équilibre entre les œstrogènes et la progestérone.

Pendant nos années fertiles dès les premières règles, nos ovaires sont stimulés par notre cerveau afin de produire des œstrogènes en quantité adéquate pour permettre la maturation d’un ovule en vue de l’ovulation. Ensuite, seulement s’il y a bel et bien eu ovulation, la progestérone prend le relai en étant produite quant à elle dans la poche (follicule) qui contenait l’ovule (qui, arrivé au terme de sa maturation, s’en est allé promener pour la suite de ses aventures).

La balance entre les œstrogènes et la progestérone est primordiale pour la fertilité tout comme le vécu physique et psycho-émotionnel de la femme réglée.

Pourquoi?

Parce que l’une contrebalance les autres. Par exemple, si nos œstrogènes stimulent notre système nerveux en promouvant la dopamine et la sérotonine, la progestérone, quant à elle, le calme en agissant comme le GABA (neurotransmetteur qui permet la relaxation et le sommeil récupérateur). De même, si les œstrogènes stimulent notre col de l’utérus pour qu’il s’ouvre et crée de la glaire cervicale en période fertile, la progestérone quant à elle nous protège du cancer du col de l’utérus en rendant les tissus-cibles moins sensibles aux œstrogènes quand il n’y a plus besoin. Enfin, à titre de dernier exemple parlant, si les œstrogènes épaississent l’endomètre (parois de l’utérus qui se gorgent de sang jusqu’à l’ovulation puis se vide pendant les règles), la progestérone la peaufine en la rendant plus fine et riche en capillaires sanguins.

Vous comprenez mieux l’importance de l’équilibre entre les 2?

Ainsi, une dominance en œstrogènes induite par un manque d’ovulation ou pas assez de progestérone pour contrebalancer pourra être la cause de symptômes non négligeables chez la femmes réglées comme des SPM ou de l’anxiété accrue à l’arrivée des règles ou même des règles trop abondantes ou douloureuses par exemple.

De fait, apprendre comment promouvoir l’équilibre entre œstrogènes et progestérone durant ses années fertiles : c’est la base.

Et en cabinet ou sur Skype, je suis dispo pour vous y aider alors n’hésitez pas 🌸!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie