Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’équilibre hormonal du cycle féminin ⚖️

2F85D524-1F8A-4BC9-B354-31B6840809A3

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet important quand il est question de santé du cycle féminin : l’équilibre entre les œstrogènes et la progestérone.

Pendant nos années fertiles dès les premières règles, nos ovaires sont stimulés par notre cerveau afin de produire des œstrogènes en quantité adéquate pour permettre la maturation d’un ovule en vue de l’ovulation. Ensuite, seulement s’il y a bel et bien eu ovulation, la progestérone prend le relai en étant produite quant à elle dans la poche (follicule) qui contenait l’ovule (qui, arrivé au terme de sa maturation, s’en est allé promener pour la suite de ses aventures).

La balance entre les œstrogènes et la progestérone est primordiale pour la fertilité tout comme le vécu physique et psycho-émotionnel de la femme réglée.

Pourquoi?

Parce que l’une contrebalance les autres. Par exemple, si nos œstrogènes stimulent notre système nerveux en promouvant la dopamine et la sérotonine, la progestérone, quant à elle, le calme en agissant comme le GABA (neurotransmetteur qui permet la relaxation et le sommeil récupérateur). De même, si les œstrogènes stimulent notre col de l’utérus pour qu’il s’ouvre et crée de la glaire cervicale en période fertile, la progestérone quant à elle nous protège du cancer du col de l’utérus en rendant les tissus-cibles moins sensibles aux œstrogènes quand il n’y a plus besoin. Enfin, à titre de dernier exemple parlant, si les œstrogènes épaississent l’endomètre (parois de l’utérus qui se gorgent de sang jusqu’à l’ovulation puis se vide pendant les règles), la progestérone la peaufine en la rendant plus fine et riche en capillaires sanguins.

Vous comprenez mieux l’importance de l’équilibre entre les 2?

Ainsi, une dominance en œstrogènes induite par un manque d’ovulation ou pas assez de progestérone pour contrebalancer pourra être la cause de symptômes non négligeables chez la femmes réglées comme des SPM ou de l’anxiété accrue à l’arrivée des règles ou même des règles trop abondantes ou douloureuses par exemple.

De fait, apprendre comment promouvoir l’équilibre entre œstrogènes et progestérone durant ses années fertiles : c’est la base.

Et en cabinet ou sur Skype, je suis dispo pour vous y aider alors n’hésitez pas 🌸!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

Douleurs de règles?

6CD10337-38B0-4593-A4CF-E32E87C2C747.png

Quand le cycle menstruel n’est pas muselé par des hormones de synthèse et qu’on lui donne ainsi la possibilité de suivre son cours naturellement, c’est en réalité un allié précieux car le corps nous communique ainsi l’état de notre santé globale. Observer ses cycles et comprendre sa physiologie permet en effet d’accueillir tous les signaux que le corps nous envoie comme autant d’indices dans sa difficulté ou non à instaurer l’équilibre en nous. Notre corps est en adaptation permanente, en physiologie, on nomme cette aptitude vitale “homéostasie”. De fait pour faire s’épanouir la vie, notre équilibre de santé, il travaille sans cesse à faire avec ou malgré ce que nous mangeons, pensons, buvons, faisons. Et, loin de fonctionner en systèmes organiques séparés, tout communique et tout est connecté en nous. Ainsi, des douleurs de règles peuvent avoir pour origine une dominance en œstrogènes par l’absence d’ovulation ou non du fait d’un système nerveux épuisé ou en mode survie (sécrétion chronique de cortisol) ou bien du fait d’une thyroïde en sous-régime ou encore à cause d’un manque d’apport adéquat en nutriments pour ne citer que ces exemples. C’est pourquoi, quand il est question d’équilibre du cycle menstruel, il est question d’équilibre global. La question à vous poser avant tout c’est : Êtes-vous prêt(e) à vous écouter ou préférez-vous ne pas vous remettre en question et faire taire votre corps? Si vous avez répondu oui, la naturopathie peut vous aider à découvrir ce qui aide VOTRE corps à favoriser la santé et la paix de vos règles.
Prenez soin de vous et rappelez-vous: chacun sa santé 🌸
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Les règles, sujet tabou?

AD733E98-7882-433F-BA66-770ECC249B73.jpeg

Aujourd’hui je vous parle de règles. Ce phénomène physiologique naturel de l’homéostasie féminine encore si tabou ou même méprisé dans notre société actuelle. Les règles sont le marqueur de notre équilibre général à nous les femmes. Elles marquent le début du cycle hormonal, utérin et ovarien. Qui dit règles dit phase folliculaire, ovulation et phase lutéale : un cycle naturel au complet. Tout autre saignement qui ne suit pas ce cycle naturel au complet n’est pas le fait des règles. Il y a les saignements inter-menstruels dans le cas de perte de sang à l’ovulation ou résultant d’un cycle anovulatoire. Une façon pour notre corps de nous communiquer que l’équilibre physiologique est mis à mal en vue de nous aider à opérer des changements vitalogènes pour nous. Mais il y a aussi les saignements de privation qui sont le résultat de l’arrêt provisoire de la pilule. Quand vous êtes sous hormones de synthèse, vous n’avez pas de cycle féminin, vous n’avez pas d’ovulation, vous ne produisez pas vos hormones naturelles au niveau des ovaires, aka vous n’avez pas de règles.
Aussi, le sang des règles n’est ni impur ni sale. Rappelez-vous que c’est le sang que votre corps a prévu pour nourrir la vie d’un embryon. C’est un sang extrêmement riche en nutriments et cellules-souches et les chercheurs y voient des potentialités thérapeutiques. Notre sang des règles n’est pas sale, il est source de vie.
Enfin, je vous encourage à questionner votre rapport à vos règles et votre corps de femme. Comment vivez-vous vos cycles? Souhaitez-vous apprendre à écouter ce que votre corps vous dit pour cerner les habitudes ou pans de votre vie qui méritent votre attention? Avez-vous à cœur de participer à l’empuissancement des femmes par l’éducation, la réappropriation et la valorisation du cycle féminin? Comment voulez-vous que nos filles et garçons voient ce phénomène naturel? Quelle société voulez-vous encourager?
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion naturelle de la fertilité féminine

Atelier jeunes filles sur le cycle féminin 🌸

Processed with MOLDIV

Ce matin j’ai animé un atelier jeunes filles sur le cycle féminin au centre social du Vieux-Condé. Un moment d’éducation et d’échange autour des spécificités du corps de la jeune fille et/ou femme réglée et fertile. Je remercie chaleureusement Esma d’avoir pensé à moi pour cette animation. Transmettre les connaissances sur ce thème me ravit profondément, je me sens à ma place. Avec guidance, schéma et paillettes à l’appui, les jeunes filles ont su mettre en scène le cycle féminin de manière ludique, pratique, concrète et créative pour apprendre par le corps et le jeu le fonctionnement physiologique qui les traverse chaque mois. Au top!
N’hesitez pas à me solliciter pour ce genre d’animation en collectivité ou même en moon lodge, cercle de femme, accompagnement pour jeunes filles nouvellement réglées… Je répondrai présente avec joie, dévouement et pédagogie ludique!

Margot-Hélène Piquenot Naturo et Sympto

Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Ce que les règles peuvent révéler 🚺

52710281-66DF-4A13-B52F-86896F79BC69

Aujourd’hui je vous parle de règles. C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur car c’est ce qui m’a amenée vers la naturopathie. Il y a 11 ans peu de temps après avoir arrêté de prendre la pilule définitivement, j’ai vécu des premiers jours de règles hyper douloureux, jusqu’à vomir et m’évanouir et, si aujourd’hui ça ne m’arrive plus, ça a duré pendant assez d’années pour me marquer. J’ai eu beau consulter médecins et gynécologues, leur seul mot d’ordre était que je reprenne la pilule et que je prenne des cachets anti-douleurs, point. Ça ne me convenait pas comme solution, je voulais comprendre pourquoi mon corps en était là, je voulais trouver comment instaurer plus de paix dans mon ventre et je voulais pouvoir vivre naturellement ma condition de femme sans avoir l’impression que c’était une plaie. Je n’ai pas repris la pilule (je suis têtue quand ça me tient à cœur) mais j’ai pris pendant un temps des cachets anti-douleurs car j’avais commencé à avoir peur de mes règles, à développer de l’anxiété d’anticipation. Même sans endométriose j’en venais à diaboliser ce moment où j’allais commencer à saigner. La découverte de la naturopathie, un changement d’hygiène de vie, l’écoute de mes émotions, beaucoup de lectures nutritives sur la condition cyclique de la femme (Maïtié Trélaün, Miranda Gray, Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Le Blanc…) ainsi que la Symptothermie m’ont apporté tellement. Aujourd’hui je n’ai plus de douleurs jusqu’à vomir ou m’évanouir, j’ai juste des sensations. Je suis quand même toujours marquée par ces années ponctuées de jours en souffrance chaque mois que je ne souhaite à personne. Sur mon chemin, j’ai ressenti un énorme manque de transmission de connnaissances sur mon corps de femme, ses spécificités et comment être à l’écoute de mes besoins et de mon énergie rythmés par mon cycle. La connaissance m’a libérée, apaisée et responsabilisée. Je n’ai pas trouvé un comprimé miracle ou une recette magique, non, j’ai appris à comprendre ce que mon cycle me demandait de réajuster dans ma vie.
Si mon histoire résonne en vous, sachez que je suis formée et parée pour vous aider.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie