Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

SOPK : pas d’ovulation, trop d’androgènes

Processed with MOLDIV

Je vous parle souvent du fait que l’ovulation est un signe d’équilibre de santé chez la femme réglée tout en sachant qu’un cycle anovulatoire occasionnel ou plusieurs chez la jeune fille ne doivent pas inquiéter outre-mesure. En revanche, l’absence chronique d’ovulation engendre non seulement des cycles irréguliers mais aussi un déséquilibre hormonal préjudiciable pour la santé de la femme réglée qui peut prendre la forme du Syndrome des Ovaires Polykystiques par exemple. Qu’est-ce donc que cela? C’est un groupe de symptômes qui associent la présence chronique de cycles anovulatoires avec un excès d’androgènes (hirsutisme, acné, alopécie/perte de cheveux). Aujourd’hui, environ 10% des femmes ont un diagnostic du SOPK et sont orientées vers la pilule ou des médicaments anti-androgènes qui ont leur lot d’effets secondaires non sans conséquences pour la santé globale de la femme. Pourtant en cherchant la cause du manque d’ovulation et de l’excès d’androgènes, une autre approche est possible. Observer son cycle avec la Symptothermie permet déjà de voir s’il y a ovulation ou non. Ensuite un bilan naturopathique peut permettre de cerner la cause du SOPK diagnostiqué: résistance à l’insuline? Arrêt de la pilule? Inflammation chronique de bas grade? Taux élevé de DHEA et non de testostérone?. Autant de questions auxquelles il tient lieu de répondre afin de convenir de la façon la plus appropriée de prendre soin de soi quand ce diagnostic a été posé. En effet, une résistance à l’insuline n’indique pas la même source de déséquilibre qu’un taux trop élevé de DHEA et les conseils d’hygiène de vie ciblés ne seront alors pas les mêmes pour soutenir le retour à l’équilibre de santé. 

Toutes les femmes méritent de comprendre leurs corps, pas vrai? Prenez soin de vous et rappelez-vous, chacun sa santé!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Mémo aliment santé

La vérité sur le soja : les isoflavones ne sont pas des œstrogènes

0A8547DC-EB56-4326-AC8D-067F189A8FA1.jpeg

Les isoflavones du soja sont souvent appelées ou décrites comme “phyto-œstrogènes”, or les isoflavones ne sont clairement pas des œstrogènes. Pour commencer, les œstrogènes sont des hormones stéroïdes qui appartiennent au règne animal alors que les isoflavones sont des polyphénols qui appartiennent au règne végétal. Les œstrogènes, en tant qu’hormones, fonctionnent comme une clé qui ne peut avoir un effet sur nos cellules que s’il y a présence d’un récepteur qui fait office de serrure. Il y a 2 types de récepteurs pour les œstrogènes : les ER α et les ER ß selon les endroits du corps sensibles à cette hormone. Les œstrogènes ont un effet sur tous ces récepteurs qui lui sont dédiés alors que les isoflavones ont une affinité plus particulière avec les ER ß et induisent seulement quelques effets parfois similaires ou parfois opposés aux œstrogènes! C’est pourquoi les scientifiques les appellent des SERM car ils ont des effets sélectifs sur les récepteurs à œstrogènes, ils ont une action modulatrice sur les œstrogènes endogènes déjà présents dans le corps. Ce ne sont pas des œstrogènes qui peuvent s’ajouter aux vôtres comme avec la pilule, ce sont des modulateurs. Quels impacts ont-ils sur notre corps comparés aux œstrogènes? Les isoflavones réduisent la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur mais n’augmentent pas le risque de cancer de l’utérus contrairement aux œstrogènes. Les isoflavones améliorent la santé cardiovasculaire sans augmenter le taux de triglycérides et peuvent même le diminuer contrairement aux œstrogènes. Les isoflavones n’augmentent pas les risques du cancer du sein et peuvent même réduire le risque s’ils sont consommés dès l’enfance et réduisent les risques de récurrence pour celles qui ont déjà eu un cancer du sein. En somme, nous ne pouvons pas assimiler les isoflavones aux œstrogènes, ce sont deux choses différentes. Les isoflavones du soja ont indéniablement des effets bénéfiques sur la santé et les populations asiatiques qui en mangent quotidiennement 3 portions par jour ne sont ni des hommes avec des seins, ni des femmes stériles et cancéreuses. Au contraire, ces populations ont moins de cancers du sein, de l’utérus et de la prostate et le lien avec la consommation d’isoflavones du soja a été scientifiquement prouvé.

Prenez soin de vous, n’ayez plus peur de manger du soja bio et sans OGM  (sauf si vous y êtes allergique bien entendu).

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Sources :

– Fazlul H. Sarkar, Yiwei Li. Mechanisms of Cancer Chemoprevention by Soy Isoflavone Genistein, December 2002, Volume 21, issue 3-4, pp265–280.

– Messina M, Nagata C, Wu AH. Estimated Asian adult soy protein and isoflavones intakes, Nutr Cancer 2006;55:1–22.

– Messina Virginia, MPH, RD. Vegan for Her, published by Da Capo Press, 2013.

Conseil santé, Gestion des émotions, Moment pour soi, Yoga

Votre système nerveux réclame votre attention 🌼

E4659313-8928-44D2-A2E2-254E886A26C4

C’est le week-end ou peut-être les vacances pour vous et c’est le meilleur moment pour vous rappeler que votre détente est nécessaire à votre bien-être et même votre santé! Et oui, vivre sous pression constante ne fait pas bon ménage avec la santé (sommeil perturbé, fatigue chronique, mauvaise digestion, baisse de l’immunité, risque cardiovasculaire aggravé, perturbations hormonales…). Coucou le stress chronique induit par la société actuelle qui presse la planète et les gens comme des citrons 🥵. Et non, vous n’êtes pas coupables de votre stress et non vous n’avez pas besoin d’être superman ou wonder woman pour être enfin reconnu(e) et valorisé(e). Vous êtes assez. Vous avez le droit de vous reposer, de dire non, de n’avoir envie de ne rien faire, de mettre en priorité votre équilibre et de poser vos limites quoi que vous fasse penser votre bourreau intérieur (vous savez cette petite voix en chacun(e) de nous qui a la critique facile). Aussi, vous n’êtes pas obligés d’attendre une grave maladie ou un burn out pour écouter enfin votre corps et vos besoins. Boire de l’eau est un besoin essentiel, tout comme la détente et la recharge et j’espère que vous n’attendez pas d’être déshydraté(e) pour boire. Si votre santé vous importe, pour la cultiver, vous vous devez d’apprendre à respecter votre rythme et vos besoins du moment. Et si ça vous paraît impossible ou égoïste, rappelez-vous les schémas explicatifs en cas d’urgence dans l’avion : il faut vous oxygéner d’abord pour après être en capacité de vous occuper de vos petits en leur mettant le masque à oxygène correctement. Et oui, si vous êtes mort ou trop mal en point vous ne pouvez plus être de grand secours pour les gens qui vous entourent. C’est pareil dans la vie de tous les jours, prenez conscience que plus vous prenez soin de vous et plus votre présence fera du bien autour de vous. Le système nerveux est mis à rude épreuve dans notre société actuelle, sachez que vous pouvez apprendre à le nourrir de manière personnalisée avec votre naturopathe préféré(e)!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion naturelle de la fertilité féminine, Moment pour soi

Ce que les règles peuvent révéler 🚺

52710281-66DF-4A13-B52F-86896F79BC69

Aujourd’hui je vous parle de règles. C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur car c’est ce qui m’a amenée vers la naturopathie. Il y a 11 ans peu de temps après avoir arrêté de prendre la pilule définitivement, j’ai vécu des premiers jours de règles hyper douloureux, jusqu’à vomir et m’évanouir et, si aujourd’hui ça ne m’arrive plus, ça a duré pendant assez d’années pour me marquer. J’ai eu beau consulter médecins et gynécologues, leur seul mot d’ordre était que je reprenne la pilule et que je prenne des cachets anti-douleurs, point. Ça ne me convenait pas comme solution, je voulais comprendre pourquoi mon corps en était là, je voulais trouver comment instaurer plus de paix dans mon ventre et je voulais pouvoir vivre naturellement ma condition de femme sans avoir l’impression que c’était une plaie. Je n’ai pas repris la pilule (je suis têtue quand ça me tient à cœur) mais j’ai pris pendant un temps des cachets anti-douleurs car j’avais commencé à avoir peur de mes règles, à développer de l’anxiété d’anticipation. Même sans endométriose j’en venais à diaboliser ce moment où j’allais commencer à saigner. La découverte de la naturopathie, un changement d’hygiène de vie, l’écoute de mes émotions, beaucoup de lectures nutritives sur la condition cyclique de la femme (Maïtié Trélaün, Miranda Gray, Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Le Blanc…) ainsi que la Symptothermie m’ont apporté tellement. Aujourd’hui je n’ai plus de douleurs jusqu’à vomir ou m’évanouir, j’ai juste des sensations. Je suis quand même toujours marquée par ces années ponctuées de jours en souffrance chaque mois que je ne souhaite à personne. Sur mon chemin, j’ai ressenti un énorme manque de transmission de connnaissances sur mon corps de femme, ses spécificités et comment être à l’écoute de mes besoins et de mon énergie rythmés par mon cycle. La connaissance m’a libérée, apaisée et responsabilisée. Je n’ai pas trouvé un comprimé miracle ou une recette magique, non, j’ai appris à comprendre ce que mon cycle me demandait de réajuster dans ma vie.
Si mon histoire résonne en vous, sachez que je suis formée et parée pour vous aider.
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Goûter gourmand et sain, Recette

Glace végane et saine 🍦

 

B731E332-244C-4CF1-A906-17C5C8D19106.jpeg

L’été est dans la place et avec lui les envies de glaces ☀️🍦🍧!  Une recette maison de glace sans produits laitiers et sucres raffinés ni ajoutés, en mode végane et saine ça vous dit?

Si vous avez un bon blender, il vous suffit de mixer 3 bananes mûres congelées en morceaux la veille avec 4 cuillères à soupe de myrtilles surgelées, 3 cuillères à soupe de noix de cajou non salées ou 1 grosse cuillère à soupe de votre purée d’oléagineux préférée (amandes, cajou, cacahuète, noisette) et 2 cuillères à soupe de cacao cru en poudre. Prenez bien le temps de mixer le tout puis versez la crème glacée dans un bol dans lequel vous pouvez ajouter vos fruits rouges frais de saison préférés et régalez-vous! Si vous saviez combien j’en mange de ces douceurs maison l’été… vous saurez enfin que la gourmandise peut oublier ce que les publicités s’acharnent à nous faire gober!

Prenez soin de vous, flattez votre palais avec du bon et du vrai 🍌🍒🍓.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Recette

Recette végane et saine : quiche carottes cumin

E50AA993-9B9F-44A1-B2F3-5A9EE2D67B86.jpeg

Aujourd’hui c’est partage de recette végane et saine : ma quiche carotte cumin maison pour vous.
Vous aurez besoin de :
—-> pour la pâte : 190g de farine de petit épeautre intégrale bio (sinon tous les pesticides seront concentrés dans la farine intégrale qui contient le son du grain)
– 10g d’huile d’olive vierge extra
– 85ml d’eau
– une pincée de sel
—-> pour l’appareil à quiche :
– 200g de tofu ferme
– 200g de tofu soyeux
– 10g de levure de bière
– 1cS de moutarde
– 50g d’arrow root (sorte de fécule)
– une à deux pincées de sel et de poivre
– 3 carottes moyennes râpées
– 1cS de cumin en poudre
– un saladier
– un plat à tarte d’environ 28 cm de diamètre
– une casserole
– un mixeur plongeant
—> Dans un saladier mélanger la farine de petit-épeautre avec une pincée de sel, l’huile d’olive et l’eau. Pétrir jusqu’à obtenir une boule de pâte. Étaler ensuite la pâte en farinant un peu le plan de table de manière à former un cercle assez large pour couvrir le plat à tarte. Huiler légèrement le plat à tarte puis y déposer la pâte brisée étalée. Réserver. Rincer les carottes, retirer les extrémités, les râper puis les faire revenir dans une poêle avec un filet d’huile d’olive et le cumin à feu doux à couvert en surveillant la cuisson. En même temps mettre au four à 180 degrés Celsius non préchauffé le plat à tarte avec la pâte étalée dedans. Une fois les carottes cuites, arrêter la cuisson puis les réserver.
Dans une casserole, émietter le tofu ferme en morceaux. Ajouter le tofu soyeux, la moutarde, la levure de bière et l’arrow root. Mixer le tout au mixeur plongeant puis cuire à feu doux tout en mélangeant continuellement. Une fois que la consistance devient plus épaisse et difficile à mélanger, arrêter la cuisson. Sortir le plat à tarte du four sans éteindre le four. Mélanger les carottes, le sel, le poivre avec l’appareil à quiche puis verser le tout dans la pâte. Étaler à l’aide d’une cuillère s’il le faut puis mettre la quiche au four pour 30 minutes.
Bon appétit 🌱
Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète

Composer son assiette végane et saine simplement 🌱

4E496200-F203-4215-B922-566E7C3190B8

Aujourd’hui j’ai envie de vous partager la simplicité de ma cuisine végane et saine du quotidien. Parce que nul besoin de chercher compliqué pour se nourrir complet, vrai et sain. Juste penser à composer au moins la moitié de l’assiette en légumes crus ou cuits au choix puis jouer sur la variété des protéines et glucides végétaux complets pour agrémenter et vous avez une assiette végane et santé, un jeu d’enfant en fait pas vrai? Ce midi, j’avais envie de courgette, j’ai donc mis à poêler une demie courgette et deux petits oignons rouges dans un filet d’huile d’olive puis j’ai ajouté du tempeh coupé en dés et du poivre (j’adore le poivre), tout simplement. Le tempeh est une de mes protéines végétales préférées, vous connaissez?

Sur ce, bon appétit et prenez soin de vous!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Assiette complète, Gestion des émotions, Moment pour soi

Non aux régimes 🤟

F23FBCC6-ECDD-4447-94DB-7DE3950F8355

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de régimes et pourquoi je ne les cautionne pas pour trouver poids santé et confiance en soi. C’est bientôt l’été et ce mot fleurit sur tous les magazines et publicités destinés principalement aux femmes. Dans une société dictée par l’image, je ne peux que comprendre que le rapport à son corps soit souvent lié à l’estime de soi. C’est un sujet délicat et intriqué de manière personnelle dans l’histoire de chacun(e). Le rapport à la nourriture est intimement relié à l’émotionnel et l’affectif. Sinon la Madeleine de Proust n’existerait pas et nous n’aurions pas de plats préférés que seuls maman, papa ou mamie ont le secret pour nous régaler pas vrai? Mais on peut s’aimer ou se détester au travers de la nourriture et l’image qu’on a de son corps. Les régimes pour moi sont une forme de punition, ce n’est pas s’aimer ou apprendre à mieux manger mais se priver et attendre de son corps qu’il se plie à l’exigence du moment sans écouter sa faim et ses besoins. Et après? Sachez qu’on peut davantage s’aimer tout au long de l’année en se cuisinant des bons petits plats sains maison, en redécouvrant les légumes de saison, en se confectionnant des goûters gourmands et sains à base de fruits et surtout en arrêtant d’acheter industriel et en mangeant vrai, c’est-à-dire des produits bruts, complets et végétaux en majorité et tout ça sans se soucier des calories mais bien plus de la qualité de ce que vous mangez : moins de sucre, plus de fruits, moins de soda, plus d’eau ou infusion, moins de pain blanc, plus de pain complet au levain, moins de fromages, plus de houmous, tapenade ou guacamole, moins de viandes, plus de légumineuses et de noix…Et surtout cultiver un esprit d’exploration et d’émerveillement dans la cuisine et de patience et de bienveillance envers son corps et son chemin. S’aimer c’est aussi s’écouter et apprendre à faire les bons choix pour soi qui nourrissent sur tous les plans. Savoir reconnaître quand on est stressé(e) ou fatigué(e) pour mieux s’autoriser la recharge ou le repos et savoir marcher ou danser par joie et non par devoir est aussi important que l’assiette. Prenez soin de vous: ne mangez pas moins, mangez vrai!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion naturelle de la fertilité féminine

Pilule = perturbateur endocrinien

02D16D58-4C80-447C-ACE7-15072746D3F5.jpeg

Saviez-vous que la pilule (ou tout autre mode de contraception à base d’hormones de synthèse) est un perturbateur endocrinien par essence? Il est courant aujourd’hui de lire ou d’entendre parler des effets néfastes des perturbateurs endocriniens sur la santé. Il est souvent question du Bisphenol A, des pesticides, des produits dérivés de la pétrochimie ou encore des nanoparticules… mais rarement de pilule. Pourtant la pilule perturbe bel et bien le système hormonal de la femme en faisant taire ses propres hormones, la physiologie naturelle de ses ovaires et de son col de l’utérus et l’ovulation. Certain(e)s mettent en avant que la pilule en plus de contrôler les grossesses non désirées, soulage les femmes en les rendant moins otages de leurs propres hormones. La pilule serait alors le médicament adéquat pour les syndromes prémenstruels, les douleurs de règles, les ovaires micro polykystiques, l’endométriose et même l’acné. Je ne remets pas en doute que cette solution puisse soulager certaines femmes, mais à quel prix? Car oui, en tant que médicament et perturbateur endocrinien la pilule a des effets secondaires non négligeables sur la santé des femmes et même au niveau environnemental. D’ailleurs qu’avons-nous retenu du scandale des pilules de 3ème génération qui ont causé la mort de certaines jeunes filles? Des livres comme « Femmes, si vous saviez! » ou « La pilule contraceptive » du Professeur Joyeux ou encore « J’arrête la pilule » de S. Debusquat font déjà leur travail d’éducation et de partage d’informations quant au fait que, non, la pilule n’est pas un simple bonbon miraculeux. Il y a tant à faire pour éduquer, respecter et accompagner le cycle féminin autrement qu’avec les hormones de synthèse. Car oui, l’hygiène de vie a un impact sur le cycle féminin. Et non, mettre en priorité la santé de ses hormones ne doit pas être une option ou une gageure mais un droit inaliénable. Que chacune puisse choisir en connaissance de cause et en sachant les différentes alternatives possibles devrait être normal, point barre.
Prenez soin de vous, informez-vous pour faire vos choix.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Gestion des émotions, Moment pour soi

Ressentir pour mieux s’en sortir 💙

B5375600-8728-49D3-A5ED-C0F0C55468B5

Saviez-vous que le mot émotion vient du latin « motio » qui signifie « mouvement »? Les émotions, de nature, circulent en nous comme les nuages dans le ciel pour peu que nous ne les bloquions pas par peur de les vivre et d’en souffrir. C’est normal d’avoir peur, c’est compréhensible de ne pas vouloir souffrir, mais en fuyant ou bloquant nos émotions difficiles à vivre c’est malheureusement notre simple joie de vivre que nous empêchons d’émerger aussi. Nous ne pouvons contrôler tous les événements qui parcourent notre chemin de vie, ni la manière dont ils nous atteignent. Mais nous pouvons nous accueillir les bras et le cœur ouverts dans tous nos émois qu’ils soient détresse, angoisse, tristesse, perte de sens ou de repère. Comment? En nous laissant vivre ce qu’il se passe en nous, et ce quand bien même il nous arriverait de nous juger ou de vouloir contrôler, jugeons-nous ou admettons notre besoin de contrôle alors, reconnaissons que nous le faisons. Car bien souvent c’est lorsque nous cessons de nier nos durs hivers intérieurs que l’élan de vie du printemps peut enfin prendre racine en nous.

Alors aujourd’hui en guise de conseil d’équilibre de santé, je vous souhaite de vous autoriser à ressentir ce qu’il se passe en vous pour que vos forces de vie puissent pleinement fleurir.

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie