Cycle féminin, Cycle menstruel, Equilibre hormonal

SPM à l’ovulation?

D’ordinaire, comme son nom l’indique, le Syndrome Prémenstruel concerne la phase prémenstruelle. Pourtant, certaines personnes subissent des symptômes de SPM en phase ovulatoire. Comment cela se fait-il? Je vous explique tout cela dans cet article.

Pour rappel, le SPM regroupe un ensemble de symptômes douloureux comme maux de tête, anxiété, seins douloureux, acné, douleurs digestives, musculaires ou articulaires et même parfois des symptômes qui rappellent ceux de l’allergie… Le SPM bien que commun n’est pas normal, c’est le signal d’un déséquilibre. Il peut être évité ou grandement diminué grâce à la naturopathie. De même il convient de savoir différencier le SPM, du molimen cataménial et du TDPM, pour ce faire, je vous renvoie à mon article « Le SPM c’est quoi et est-ce obligatoire? ».

Mais pourquoi certaines personnes subissent du SPM à l’ovulation en plus de parfois avant les règles aussi? Ces deux moments du cycle sont des moments où les œstrogènes sont en nette hausse avant de chuter. Et ce qu’il faut savoir c’est que les fortes production d’œstrogènes, quand elles ne sont pas contrebalancées par une production de progestérone, font le lit de l’intolérance à l’histamine qui est une des causes majeures du SPM, surtout quand il intervient à l’ovulation seulement, ou en plus de la phase prémenstruelle.

Qu’est-ce que l’histamine? C’est une molécule de signalisation de notre système immunitaire. Elle est responsable des réactions inflammatoires allergiques mais intervient aussi dans d’autres régulations physiologiques concernant l’acidité stomacale, l’ovulation et la libido. Nous avons besoin d’un peu d’histamine pour notre équilibre de santé globale mais son excès est délétère, il provoque ce qu’on appelle une intolérance à l’histamine.

Quel est le lien entre œstrogènes et histamine? Les œstrogènes stimulent nos mastocytes à libérer de l’histamine par leur dégranulation. De plus, ils nuisent à notre capacité à éliminer l’excès d’histamine en empêchant notre enzyme Diamine Oxydase (DAO) de le faire. Enfin, ce qu’il faut savoir, c’est que plus il y a d’histamine, plus il y a d’œstrogènes et vice-versa, un cercle vicieux peut s’engendrer.

Quels sont les symptômes de SPM en lien avec les œstrogènes et l’histamine?

  • maux de tête
  • troubles de l’humeur comme anxiété, nervosité ou irritabilité
  • congestion nasale, rhume
  • problèmes digestifs comme crampes, diarrée, nausée ou aigreur d’estomac
  • douleurs articulaires
  • problèmes de peau comme démangeaison, urticaire, eczéma ou acné
  • palpitations, faible tension artérielle, vertige, fatigue
  • troubles du sommeil, insomnie
  • crampes utérines (à savoir: l’excès d’histamine peut aussi être en cause dans les douleurs de règles)
  • seins douloureux
  • gonflements, œdèmes

Qu’est-ce qui peut être cause dans l’excès d’oestrogènes qui entraine ces symptômes de SPM par intolérance à l’histamine?

  • La pilule contraceptive car elle cause un excès d’œstrogènes
  • Une déficience enzymatique génétique en DAO et HNMT
  • Un manque de vitamine B6 qui est un cofacteur de la DAO
  • Un excès d’œstrogènes dû à un manque de progestérone ou à une difficulté à les détoxifier (par méthylation, détoxication hépatique et élimination intestinale)

Quelle est l’approche naturopathique que je conseille pour ne pas ou ne plus subir ces symptômes?

  1. Soutenir la métabolisation et l’élimination de l’excès d’oestrogènes par le foie et les intestins
  2. Faire la chasse aux xéno-œstrogènes (plastiques, cosmétiques, pesticides)
  3. Soutenir ou rééquilibrer la flore intestinale (ex: le SIBO impacte négativement la DAO et donc l’élimination de l’excès d’histamine)
  4. Soutenir la méthylation par l’apport adéquat de toutes les vitamines du groupe B
  5. Réduire ou éliminer l’alcool et les produits laitiers de vache en cause dans la stimulation des mastocytes
  6. Réduire ou éliminer, juste le temps du rééquilibrage, les aliments qui contiennent de l’histamine (surtout aliments fermentés dont kombucha, kéfir, choucroute, fromages et cacao, bouillons d’os ou de poisson, poissons fumés ou en conserve)

J’espère que cet article vous aura éclairé si vous faites partie des personnes menstruées qui subissent du SPM en phase ovulatoire. Sachez que je me tiens à votre disposition pour tous rdv naturopathiques afin de vous aider à mieux vivre votre cycle menstruel.

Votre naturopathe menstruée et passionnée,

Margot-Hélène Piquenot

Sources:

  • Jonassen F, Granerus G, Wetterqvist H. Histamine metabolism during the menstrual cycle. Acta Obstet Gynecol Scand. 1976;55(4):297-304. doi: 10.3109/00016347609158501. PMID: 973560.
  • Martner-Hewes PM, Hunt IF, Murphy NJ, Swendseid ME, Settlage RH. Vitamin B-6 nutriture and plasma diamine oxidase activity in pregnant Hispanic teenagers. Am J Clin Nutr. 1986 Dec;44(6):907-13. doi: 10.1093/ajcn/44.6.907. PMID: 3098085.
  • Smith CJ, Leggett AM, Lefante JJ. Allergic etiology of benign fibrocystic changes of the breast. Med Hypotheses. 1987 Sep;24(1):21-8. doi: 10.1016/0306-9877(87)90043-0. PMID: 2444863.
Cycle menstruel, Equilibre hormonal

Le SPM c’est quoi et est-ce obligatoire?

Le Syndrome Prémenstruel regroupe un ensemble de symptômes désagréables et parfois mêmes handicapants que certaines personnes subissent quelques jours avant l’arrivée des règles et parfois même juste après l’ovulation pendant toute la phase lutéale. Ces symptômes sont nombreux, allant de ballonnements, migraines, nausées, irritabilité à des tensions au niveau des seins et disparaissent avec l’arrivée des règles. Les SPM est connu et commun malheureusement. Mais le SPM est-il obligatoire quand on a un cycle menstruel au naturel?

Déjà, dans un premier temps, il convient de différencier le SPM du simple molimen cataménial et du lourd TDPM. En effet, si l’on entend parler souvent du SPM, on entend moins souvent parler des deux autres termes que j’ai mentionné pas vrai? Pourtant ces trois termes correspondent à trois intensités différentes de vécu de la phase lutéale/prémenstruelle. Et vous allez voir, les trois ne se valent pas et n’offrent pas du tout la même qualité de vie.

Le molimen cataménial

De quelques jours à une semaine avant les menstruations, nos œstrogènes et notre progestérone commencent à chuter. Avec cette chute en œstrogènes non contrebalancés par la progestérone, nos neurotransmetteurs du peps et du bonheur, la sérotonine et la dopamine, se font rares et ne sont pas remplacés par l’action anxiolytique et sédative de la progestérone. Notre progestérone est aussi diurétique, c’est à dire qu’elle permet d’éviter la rétention d’eau. C’est pourquoi, à ce moment du cycle, il peut survenir plus d’envie de sucre, une humeur plus à fleur de peau, de la rétention d’eau (se sentir gonflé(e)) et plus de fatigue, moins d’énergie. Ces symptômes sont bénins et peuvent facilement être apaisés par une hygiène de vie adaptée ou ne jamais même demander vraiment de recherche de traitement ou de solutions naturelles pour certaines personnes. C’est ce que l’on appelle le molimen cataménial, c’est la version très soft et très vivable du SPM. Ce mot si peu connu devrait être appris dès les premières règles avec toutes les petites astuces faciles et naturelles d’hygiène de vie à mettre en place pour vivre ce moment du cycle en paix.

Le SPM

Quand il s’agit de SPM, c’est une autre affaire. Les symptômes sont plus nombreux, plus intenses, durent plus longtemps et interfèrent avec la vie quotidienne. Il y a par exemple des migraines qui clouent au lit, de l’anxiété qui empêche de dormir sereinement, de l’acné qui flambe, des grosses fringales de sucre ou bien des seins tellement douloureux que l’idée de courir ou qu’on y touche fait déjà mal. Dans ces cas-là, il y a souvent recherche d’un traitement car la vie de tous les jours est trop impactée et cela se comprend! Les traitements médicaux souvent conseillés alors sont les ISRS (Inhibiteur Sélectif de la Recapture de la Sérotonine) et les pilules au Drospirenone (Yaz® et Jasmine®) qui est un progestatif qui évite la rétention d’eau (mais qui augmente le risque d’accident cardio-vasculaire par contre). D’un point de vue naturopathique, ces types de symptômes en phase lutéale/prémenstruelle peuvent être évités en adaptant son alimentation et son hygiène de vie pour équilibrer le ratio entre œstrogènes et progestérone par le soutien du travail du foie et des intestins dans la métabolisation et l’élimination de l’excès d’œstrogènes ainsi qu’une attention toute particulière portée sur l’équilibre de la glycémie et la baisse de l’inflammation chronique de bas grade. Le SPM n’est pas obligatoire et ne devrait pas être considéré comme normal (tout comme les douleurs de règles par ailleurs).

Le TDPM

Le TDPM ou Trouble Dysphorique Prémenstruel est une version beaucoup plus aggravée du SPM. Dans ce cas-là, il y a de l’humeur dépressive pouvant aller jusqu’à des pensées suicidaires, des accès de colère interférant avec la vie de famille et de travail, des douleurs débilitantes et/ou des insomnies parfois. Ce sont alors à chaque cycle des moments très difficiles à vivre que l’on ne souhaite à personne. Les traitements préconisés vont des anxiolytiques, anti-dépresseurs ou ISRS aux contraceptifs oraux et agonistes à la GnRH qui suppriment l’ovulation. Ici, si votre choix est de ne pas supprimer l’ovulation, l’accompagnement naturopathique pourra aider à stabiliser les récepteurs à GABA qui sont primordiaux pour la stabilisation de l’humeur par une hygiène de vie adaptée et l’apport de certains compléments naturels. Sachez cependant que l’accompagnement naturopathique se fait sur la durée et que les changements d’hygiène de vie auront des résultats sur le long terme et non du jour au lendemain contrairement aux traitements qui suppriment l’ovulation.

Somme toute, le cycle menstruel au naturel ne devrait pas être une calamité à vivre et si c’est le cas, c’est le signal qu’il y a un déséquilibre. Sachez que l’hygiène de vie a un énorme impact sur le cycle et que la naturopathie peut vous aider à mieux-vivre vos cycles. J’espère que cet article vous aura appris les différentes nuances de vécu de la phase lutéale/prémenstruelle.

Je me tiens à votre disposition pour tous rendez-vous naturopathiques concernant cette phase. Que la douceur du molimen soit avec vous!

Votre naturopathe menstruée et passionnée,

Margot-Hélène Piquenot

Sources:

  • Yonkers KA, O’Brien PM, Eriksson E. Premenstrual syndrome. Lancet. 2008 Apr 5;371(9619):1200-10. doi: 10.1016/S0140-6736(08)60527-9. PMID: 18395582; PMCID: PMC3118460.
  • Prior JC, Konishi C, Hitchcock CL, Kingwell E, Janssen P, Cheung AP, Fairbrother N, Goshtasebi A. Does Molimina Indicate Ovulation? Prospective Data in a Hormonally Documented Single-Cycle in Spontaneously Menstruating Women. Int J Environ Res Public Health. 2018 May 18;15(5):1016. doi: 10.3390/ijerph15051016. PMID: 29783630; PMCID: PMC5982055.
  • Reid RL, Soares CN. Premenstrual Dysphoric Disorder: Contemporary Diagnosis and Management. J Obstet Gynaecol Can. 2018 Feb;40(2):215-223. doi: 10.1016/j.jogc.2017.05.018. Epub 2017 Nov 11. PMID: 29132964.
  • F. Bianchi-Demicheli. Le trouble dysphorique prémenstruel : diagnostic et stratégie thérapeutique. Rev Med Suisse 2006; volume 2. 31044.
  • Jamel TURKY MD. Les Troubles Psychiques Périmenstruels. Revue de Littérature Multidisciplinaire. Document Code OP.0018. http://arabpsynet.com/Archives/OP/OP.Turky.PMS.htm
Conseil santé, Cycle féminin

L’inflammation et le SPM

28A7072D-CF5F-48D1-BDBE-DCB7425CD004.jpeg

🔎Aujourd’hui focus sur l’inflammation chronique de bas grade en cause dans le Syndrome PréMenstruel (SPM).

❓C’est quoi le SPM? Ce sont tous les symptômes négatifs que vivent certaines avant l’arrivée des règles. Que ce soit des sautes d’humeur ou même de l’angoisse, des ballonnements, des maux de tête, des douleurs dans les seins, de l’insomnie, des grosse envies de junk food, de l’acné… Autant de signes d’un déséquilibre dans le cycle féminin qui sont largement évitables par une hygiène de vie adaptée.

🔥Le lien avec l’inflammation chronique de bas grade ? Tout simplement parce que c’est la condition parfaite pour provoquer le SPM. Comment? En entravant la production de progestérone et la sensibilité des récepteurs à progestérone et GABA d’abord (bjr système nerveux hypertendu). Mais aussi en perturbant l’élimination des œstrogènes et en rendant même les récepteurs hormonaux plus sensibles aux œstrogènes (bjr excès d’œstrogènes et déséquilibre hormonal). En bref, imagine un peu ta fluctuation hormonale en montagnes russes de l’enfer rongées par les termites plutôt qu’en douces vagues apaisantes devant un couché de soleil qui peint le ciel en couleurs tendres, ça te parle?

✅ Sache que c’est plus que possible de vivre l’arrivée des règles sans heurts au naturel sans opter radicalement pour la pilule qui éteint tes hormones. Ça demande de s’attarder sur ce que tu mets dans ton assiette. Es-tu prête à réduire les principaux aliments inflammatoires pour dire bye bye au SPM? Es-tu prête à prendre soin de toi?

🙏Si tu es motivée et que tu as besoin d’être accompagnée, n’hésite pas à me contacter!

🌸Prends soin de toi, ton corps te parle via ton cycle, apprends à l’écouter. D’ailleurs que te dit-il en ce moment? Comment vis-tu l’arrivée de tes règles?

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie

Conseil santé, Gestion naturelle de la fertilité féminine

L’équilibre hormonal du cycle féminin ⚖️

2F85D524-1F8A-4BC9-B354-31B6840809A3

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet important quand il est question de santé du cycle féminin : l’équilibre entre les œstrogènes et la progestérone.

Pendant nos années fertiles dès les premières règles, nos ovaires sont stimulés par notre cerveau afin de produire des œstrogènes en quantité adéquate pour permettre la maturation d’un ovule en vue de l’ovulation. Ensuite, seulement s’il y a bel et bien eu ovulation, la progestérone prend le relai en étant produite quant à elle dans la poche (follicule) qui contenait l’ovule (qui, arrivé au terme de sa maturation, s’en est allé promener pour la suite de ses aventures).

La balance entre les œstrogènes et la progestérone est primordiale pour la fertilité tout comme le vécu physique et psycho-émotionnel de la femme réglée.

Pourquoi?

Parce que l’une contrebalance les autres. Par exemple, si nos œstrogènes stimulent notre système nerveux en promouvant la dopamine et la sérotonine, la progestérone, quant à elle, le calme en agissant comme le GABA (neurotransmetteur qui permet la relaxation et le sommeil récupérateur). De même, si les œstrogènes stimulent notre col de l’utérus pour qu’il s’ouvre et crée de la glaire cervicale en période fertile, la progestérone quant à elle nous protège du cancer du col de l’utérus en rendant les tissus-cibles moins sensibles aux œstrogènes quand il n’y a plus besoin. Enfin, à titre de dernier exemple parlant, si les œstrogènes épaississent l’endomètre (parois de l’utérus qui se gorgent de sang jusqu’à l’ovulation puis se vide pendant les règles), la progestérone la peaufine en la rendant plus fine et riche en capillaires sanguins.

Vous comprenez mieux l’importance de l’équilibre entre les 2?

Ainsi, une dominance en œstrogènes induite par un manque d’ovulation ou pas assez de progestérone pour contrebalancer pourra être la cause de symptômes non négligeables chez la femmes réglées comme des SPM ou de l’anxiété accrue à l’arrivée des règles ou même des règles trop abondantes ou douloureuses par exemple.

De fait, apprendre comment promouvoir l’équilibre entre œstrogènes et progestérone durant ses années fertiles : c’est la base.

Et en cabinet ou sur Skype, je suis dispo pour vous y aider alors n’hésitez pas 🌸!

Margot-Hélène Piquenot Naturopathie